Vatican : interview de l’ambassadeur israélien

Pour Terra Santa.net, Christophe Lafontaine relate l’interview accordée par l’ambassadeur israélien auprès du Saint-Siège à l’agence de presse italienne Sir, il y a 4 jours.

« Il est certain qu’Israël et le Saint-Siège peuvent faire beaucoup pour lutter contre l’intolérance religieuse afin de dissiper des prétextes au terrorisme fondamentaliste », a affirmé l’ambassadeur d’Israël.

L’entretien d’Oren David s’inscrivait dans le cadre des 25 ans de l’établissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et Israël. En effet, si c’est le 30 décembre 1993 qu’un « Accord fondamental » historique a été signé à Jérusalem, la convention diplomatique ne fut paraphée que le 15 juin 1994.

L’ambassadeur d’Israël près le Saint-Siège voit cet accord conclu sous le pontificat de Jean-Paul II (1978-2005) comme « un tournant ». D’ailleurs, l’ambassade d’Israël près le Saint-Siège a rappelé, dans un tweet, le décès de Jean-Paul II (le 2 avril 2005) le saluant comme « une pierre angulaire » des relations diplomatiques entre les deux états. Pour le représentant d’Israël au Vatican, les relations entre les deux états sont « bonnes et basées sur le dialogue et la confiance mutuelle. » Soulignant la réalité d’une « diplomatie des gestes, une diplomatie qui dépasse les mots et (…) donc hautement symbolique » qui s’est vue lors des voyages des trois derniers papes en Terre Sainte. Celui du pape Jean-Paul II en 2000, du pape Benoît XVI en 2019 et du pape François en 2014. Les trois voyages s’inscrivant à la suite de celui du pape Paul VI (1963-1978) en janvier 1964, un an avant la déclaration de Nostra Aetate sur les relations de l’Eglise catholique avec les religions non chrétiennes.

L’ambassadeur d’Israël voudrait que le « jubilé d’argent » de ces relations, « uniques » parce que « les questions politiques sont étroitement liées aux questions religieuses », et même si Israël ne reconnaît pas la position du Vatican qui demande des garanties internationales pour Jérusalem, soit l’occasion de  « renforcer »  la coopération Israël/Saint-Siège  « par exemple dans les domaines universitaire et culturel, dans la promotion des pèlerinages vers les lieux saints d’Israël, dans la lutte contre l’antisémitisme et contre le négationnisme, des phénomènes qui apparaissent malheureusement de plus en plus fort. »

C’est dans ce sens que le diplomate israélien s’est dit convaincu que le Vatican et Israël devaient « approfondir » encore leur lutte commune contre l’antisémitisme, pour lequel le pape François a exprimé sa « grande préoccupation ». De fait, le 8 mars dernier, a rappelé le diplomate, le Pape a reçu en audience privée le Jewish American Committee. Pour un chrétien, avait-il alors déclaré, « toute forme d’antisémitisme représente un déni de ses origines, une contradiction absolue. »

Des négociations qui traînent…

[…]

 

La suite de cet article est à lire sur Terra Santa.net

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s