Ornements liturgiques de la Custodie: des trésors vivants!

C’est sur le site du Musée Terra Sancta de la Custodie franciscaine de Terre Sainte que nous pouvons découvrir les richesses des ornements liturgiques offerts aux sanctuaires de Terre Sainte depuis le XVIème siècle par les nations européennes.

TERRA SANCTA MUSEUM/ENTRETIEN: Témoins de l’attachement des souverains européens à la Terre Sainte, les ornements liturgiques de la Custodie éveillent l’intérêt de nombreux historiens de l’art, dont l’étude servira au choix des œuvres de la future section historique du Terra Sancta Museum. Benoît Colin, spécialiste d’histoire de l’art médiéval et d’archéologie chrétienne, nous raconte comment cette précieuse collection, rassemblant les plus belles œuvres des ateliers européens depuis le XVIe, s’est constituée, et ce qui en fait sa particularité. 

Volontaire au bureau des biens culturels de la Custodie de Terre Sainte en 2018, Benoît Colin a longuement travaillé sur la collection de paramentique et d’ornements liturgiques. Désormais enseignant à l’Ecole du Louvre en Archéologie chrétienne et art byzantin, il contribue à la rédaction du catalogue de paramentique du Terra Sancta Museum. 

Comment s’est constituée la collection de paramentique de la Custodie ?

Lorsque l’ordre franciscain s’établit en Terre Sainte au XIIIe siècle, il était alors la seule présence chrétienne organisée, en plus de l’Eglise Orthodoxe. Les puissances catholiques d’Europe – principalement la France, les principautés italiennes, le royaume d’Espagne, le Saint Empire Romain Germanique, l’Empire d’Autriche et le Portugal – s’adressaient donc au seul interlocuteur qu’elles avaient lorsqu’elles envoyaient des cadeaux aux sanctuaires de Terre Sainte (le Saint Sépulcre, etc). Les franciscains devenaient donc les gardiens des cadeaux envoyés. Cadeaux d’autant plus beaux que la concurrence entre les Rois faisait rivaliser la qualité de leurs objets. Tous les dons étaient enregistrés dans des livres de conduites, qui donnent déjà un aperçu de la collection. Depuis le XVIIe siècle jusqu’à aujourd’hui, les sanctuaires ont gardé les cadeaux qu’on leur avait donné, et continuent de porter des vêtements liturgiques lors de certaines occasions.

Qu’elle est la spécificité de cette collection ?

C’est avant tout une collection exceptionnelle, pour plusieurs raisons. La première, c’est que c’est une collection très ancienne, qui n’a jamais été détruite ou pillée. Elle rassemble les plus belles œuvres, du point de vue technique et artistique, des ateliers européens de la fin du XVIème siècle au début du XXIème siècle.

La seconde, c’est qu’on ne trouve plus de pareilles œuvres en Europe. Je pense par exemple à un ensemble de Louis XIII et d’Anne d’Autriche brodé au fil d’or, témoignant des types de broderies des ateliers royaux du XVIIème siècle en France. En plus, les cadeaux du Roi étaient très documentés, ce qui très intéressant pour les historiens de l’Art !

[…]

La suite de l’article est à lire sur le site du Terra Sancta Museum.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s