Les nouveaux « judaïsants »

Comment les pentecôtistes américains cherchent à se rapprocher du judaïsme, au point d’adopter ses pratiques

photo credit: YONATHAN WEITZMAN

Des chrétiens de plus en plus juifs ! Un raccourci certes, mais qui illustre une certaine réalité. Le nombre de chrétiens, notamment américains, appartenant au courant évangélique et qui revendiquent leur proximité avec la religion juive ne cesse de croître. Ils en adoptent les symboles, les pratiques, et plaident pour le retour des juifs en terre d’Israël, une étape nécessaire selon eux, avant le retour sur terre du Messie, Jésus.

Les chrétiens de ce courant mettent avant tout l’accent sur la Bible, et en particulier sur les figures des prophètes, qui représentent pour eux des modèles de missionnaires. Animés d’une ferveur et d’un militantisme souvent virulents, leur montée en puissance de par le monde peut parfois inquiéter. On sait notamment qu’ils ont joué un rôle important dans l’élection du président Donald Trump.

[…]

Repenser Jésus

Etudier la vie de Jésus, comprendre l’évolution de l’homme, mettre en exergue ses origines juives et ses éventuelles contradictions, ont de tout temps passionné les théologiens, autant chrétiens que juifs. L’historien Joseph Klausner a été un des premiers juifs à écrire un livre consacré à Jésus. Son ouvrage Jésus de Nazareth ; Son temps, sa vie, sa doctrine, paru en hébreu pour la première fois en 1922, est un des plus importants sur la vie de celui-ci. Il estime que « Jésus est le plus juif de tous les juifs… plus juif même que Hillel », pourtant qualifié d’une des plus importantes figures de l’histoire du judaïsme. Klausner bat en brèche de nombreuses idées reçues sur l’antijudaïsme de Jésus, et s’est de ce fait opposé à de nombreux intellectuels chrétiens, réticents à assumer l’héritage juif de celui-ci. Pour Klausner, Jésus était un juif qui appartenait au mouvement pharisien, bien qu’il ait entretenu des points de divergences avec cette communauté.

Certains chrétiens ont toutefois fini par adopter les thèses de Klausner, justifiant leur choix en démontrant que les affirmations de l’historien étaient validées par les faits historiques et les découvertes archéologiques. Le célèbre archéologue biblique William F. Albright corrobore ainsi les travaux de Klausner. En participant à l’étude sur l’authenticité des manuscrits de la mer Morte, il a notamment conclu qu’il existait un « lien indissociable entre la préchrétienté judaïque et la chrétienté », et souligné que « le Nouveau Testament est en fait plus juif que nous ne le pensions ».

Lire l’intégralité sur l’édition française du Jérusalem Post

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s