Art sacré au Patriarcat latin

La visite de deux experts lyonnais d’art liturgique au Patriarcat latin de Jérusalem offre l’occasion de découvrir son patrimoine d’art sacré, comme le relate Irénée Julien-Laferrière pour le site du Patriarcat.

Cette semaine la présence de ces deux experts avait plusieurs objectifs : tout d’abord redécouvrir ces objets, rechercher leur provenance exacte et leur fabricant ou encore estimer leur valeur vénale.

Parmi les objets observés, une grande partie appartenait aux différents Patriarches latins de Jérusalem : pour la majorité des croix pectorales contenant pour la plupart des reliques de la Vraie Croix, dont notamment, une croix pectorale ayant appartenue à Mgr Giuseppe Valerga, premier Patriarche latin de Jérusalem. Des crosses et anneaux épiscopaux, des calices ou encore des médailles et des distinctions de différents pays ont rappelé la présence et l’importance politique du Patriarcat. Parmi les pièces prestigieuses étudiées, la Grande Croix ayant appartenu à Mgr Michel Sabbah, (premier Patriarchepalestinien) ou encore le collier de Grand Prieur de l’Ordre du Saint Sépulcre porté par Mgr Alberto Gori.

La plupart de ces objets sont des dons des Chevaliers du Saint-Sépulcre, de grandes familles ou de la part d’évêques. Les Souverains pontifes ont aussi été des donateurs, Paul VI a offert une médaille lors de sa visite en 1964, ou encore Benoit XVI à deux reprises fit don d’une Croix pectorale.

La possibilité de restaurer certaines pièces d’orfèvrerie n’aurapas nécessairement pour objectif de les utiliser par la suite. Vivre avec son temps demeure essentiel au sein de l’Eglise, il n’est par exemple plus commun de voir un évêque porter à son doigt un anneau pontifical d’époque, notamment en vue de la taille de l’objet et de l’absence, dans la plupart du temps, des gants épiscopaux.

En Orient, la notion de conservation du patrimoine n’est pas spécialement une priorité, du fait des conflits permanents, l’histoire locale est en reconstruction permanente, cette dernière est donc peu connue par une grande partie des prêtres de Terre Sainte. […]

 

La suite de cet article est à lire sur le site du Patriarcat latin de Jérusalem.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s