Tribune Décembre 2018 : « Restez fermes dans votre foi et dans vos patries »

Le Conseil des Patriarches Catholiques d’Orient (CPCO) a tenu son XXVIème congrès du 26 au 30 novembre 2018 au siège du patriarcat chaldéen à Baghdad (Irak). Y ont participé leurs Béatitudes Louis Raphaël Cardinal SAKO, patriarche chaldéen de Babylone, Béchara Boutros Cardinal RAI, patriarche d’Antioche et de tout l’Orient pour les Maronites, Ibrahim Isaac SEDRAK, patriarche copte catholique d’Alexandrie, Ignace Youssef III YOUNAN, patriarche syriaque catholique d’Antioche, Youssef ABSI, patriarche grec melkite catholique d’Antioche, de tout l’Orient, d’Alexandrie et de Jérusalem, Krikor BEDROS XX, catholicos patriarche arménien catholique de Cilicie, l’évêque Mgr William SHOMALI, représentant du patriarcat latin de Jérusalem. A pris part à la séance d’ouverture Son Excellence le nonce apostolique en Irak et en Jordanie Mgr Alberto Ortega MARTIN. A la lumière de la parole des disciples d’Emmaüs au Seigneur Jésus : « Reste avec nous car le soir vient et la journée déjà est avancée», les pères ont abordé le thème du congrès : « Les jeunes, signes d’espérance dans les pays du Moyen Orient ».

  1. L’ouverture du congrès fut précédée par une messe concélébrée par Sa Béatitude le patriarche Ignace Youssef III YOUNAN et les pères patriarches, chez l’archevêque syriaque catholique de Baghdad dans la cathédrale Notre Dame de la Délivrance à l’occasion du huitième anniversaire du terrible massacre qui y a eu lieu et qui a causé le martyre de deux jeunes prêtres et de quarante-cinq fidèles.

Dans son homélie, Sa Béatitude le patriarche YOUNAN a appelé les fidèles à renouveler, en dépit de la douleur, de l’atrocité du mal et de l’horreur, l’acte « d’espérance au-delà de toute espérance » en la Providence divine, sûrs que le sacrifice des martyrs apportera bien et grâce à l’Irak et à l’Orient. Il a supplié Dieu pour que vienne le jour où les martyrs seront béatifiés et élevés sur les autels.

  1. La séance d’ouverture débuta avec une prière suivie du mot de bienvenue du Cardinal Louis Raphaël SAKO qui vit que la tenue du congrès pour la première fois en Irak en dit long sur la solidarité des patriarches avec ce pays, sur leurs contacts avec ses chrétiens et sur leur encouragement au retour des déplacés et des migrants dans leurs villages et leurs contrées. Il assura que le congrès est un message contre le fanatisme et l’extrémisme visant à consolider les valeurs du vivre-ensemble.

Par ailleurs, le Nonce Apostolique, Mgr Alberto Ortega Martin aborda, dans son mot, le thème du congrès portant sur le rôle des jeunes dans la vie de l’Eglise, mettant l’accent sur la nécessité de vivre l’amour et l’unité dans l’esprit de communion et d’espérance.

  1. Les pères ont, ensuite, adressé une lettre à Sa Sainteté le Pape François l’informant du thème du congrès et suppliant sa bénédiction pour les travaux de leur congrès et pour leurs Eglises. Ils ont remercié Sa Sainteté du synode spécial pour les jeunes qui a eu lieu à Rome en octobre dernier, exprimant leurs sentiments d’union au Siège pétrinien et assurant qu’ils prient pour Sa Sainteté afin qu’il poursuivre son ministère apostolique pour le bien de l’Eglise et de l’humanité entière.
  2. Les pères patriarches ont rendu visite à Son Excellence le président de la République irakienne, Dr Barham Saleh pour lui présenter leurs vœux à l’occasion de son élection. Ils ont loué sa visite réussie à la Cité du Vatican il y a quelques jours et son entrevue avec sa Sainteté le Pape François. Ils ont, de même, rendu visite à son Excellence le premier ministre M. Adel Abdel Mehdi lui présentant leurs vœux pour la même occasion.

Les deux visites ont donné lieu à un échange d’idées autour de thèmes se rapportant à l’Irak et à la région du Moyen Orient, notamment l’égalité des ressortissants du même pays en matière de droit et de devoirs sur la base de la citoyenneté, le retour en Irak des déplacés, ainsi que l’instauration de l’Etat civil, l’Etat de droit et des institutions, et la nécessité de respecter tous les citoyens sans distinction aucune. Les patriarches ont dit leur satisfaction d’avoir constaté, lors des deux visites, la confirmation que les chrétiens ne sont pas minoritaires, ils sont plutôt l’une des composantes fondamentales de l’Irak.

  1. Les pères ont écouté les comptes rendus des travaux des commissions et des organes concernant le Conseil, et décidé de tenir le prochain congrès au patriarcat des Coptes catholiques au Caire en Egypte du 25 au 29 novembre 2019, chez Sa Béatitude le patriarche Ibrahim Isaac Sedrak. Le congrès aura pour thème : « L’information au service de l’Evangile».
  2. Le congrès devait être clôturé par une messe concélébrée par les patriarches en la cathédrale Saint Joseph de Baghdad devant une grande assemblée de fidèles.

Au terme du congrès, les pères patriarches ont publié le communiqué suivant :

Les jeunes, signe d’espérance dans les pays du Moyen-Orient

  1. Chers jeunes gens et jeunes filles : nous avons participé au synode spécial auquel avait convoqué Sa Sainteté le Pape François, sur « Les jeunes : foi et discernement des vocations ». Nous avons fait de nombreuses recommandations concernant votre mission dans les Eglises et dans les sociétés. A Bagdad, nous avons suivi votre parcours sur le thème des jeunes, et nous avons été comblés de joie et de fierté lors de la soirée de prière avec les jeunes de Bagdad en la cathédrale Saint Joseph des Chaldéens, à l’écoute des expériences des jeunes, de leurs questionnements, de leurs soucis et de leurs aspirations.
  2. Vu les difficultés et les défis que vous endurez dans la situation qui prévaut au Moyen Orient, et l’hémorragie de l’émigration qui menace votre avenir et la présence chrétienne dans tout l’Orient, nous nous tenons à vos côtés et partageons votre douleur. Nous visons avec vous un lendemain brillant qui ne saurait se lever sans votre présence, et nous vous assurons que nous œuvrerons ensemble pour que vous puissiez résister et rester dans votre terre.
  3. Nous vous redisons ce que nous avons adressé à nos fidèles dans notre onzième lettre pastorale pour la dernière fête de la Pentecôte :

« Restez fermes dans votre foi et dans vos patries … Contribuez à leur construction, que vous y restiez ou que vous soyez forcés de les quitter. Nous sommes un petit nombre. Mais le Christ nous dit toujours que nous sommes « sel, lumière et levain », et nous sommes une Église de martyrs. Croyez, aimez, comme Dieu aime, toute sa création. Soyez des croyants forts par votre amour, et des constructeurs de vos patries avec tous vos compatriotes, participant aux souffrances et aux sacrifices, pour y assurer la prospérité et la vie. Soyez le cœur dans vos pays, artisans de son histoire quelle que soit la cruauté des temps et des hommes».

(Lettre des patriarches catholiques d’Orient 11, nº19).

Situation ecclésiastique et politique et appels

  1. Chaque père patriarche a décrit la situation dans son pays : difficultés politiques, économiques et sociales, perspectives d’avenir, état des déplacés et retour possible dans leurs villages, relations et contact avec l’expansion. Les patriarches ont lancé des appels à leurs fils et frères des pays du Moyen-Orient :

En Irak 

  1. Nous apprécions l’atmosphère positive qui prévaut déjà en Irak avec l’élection d’un président de république et de deux autres pour le parlement et le conseil des ministres. Cela introduira à une stabilité que nous espérons totale avec la formation d’un nouveau gouvernement qui s’attèlera au bien du pays dans toutes ses composantes. Tout en priant pour les martyrs et tout en souhaitant la guérison aux blessés, nous confirmons la nécessité d’éradiquer la pensée obscurantiste de Daesh, et des esprits et du discours. Aux responsables d’Irak, nous demandons de travailler, main dans la main, pour la renaissance et le développement du pays. De même, nous exhortons nos fils et filles à tenir à leur terre et à préserver l’héritage de leurs pères et de leurs ancêtres en dépit des difficultés et des défis ; car c’est notre pays, et c’est là notre histoire, notre civilisation et notre culture.

En Syrie 

  1. Nous sommes satisfaits que la situation se soit stabilisée dans la plus grande partie du pays et que la vie soit retournée à la normale. Nous espérons qu’une telle stabilité régnera partout en Syrie et nous demandons aux responsables et à toutes les composantes du pays de se donner la main pour reconstruire une Syrie prospère et développée basée sur le respect mutuel entre tous. Tout en priant pour les martyrs et tout en souhaitant la guérison totale aux blessés, nous demandons à tous les décideurs d’œuvrer sérieusement pour le retour dans leurs propriétés des déplacés et des migrants, car cela marquera profondément la protection de l’unité nationale, afin que la Syrie reste la terre de la paix, de la liberté et de la dignité.

Au Liban

  1. Nous félicitons les Libanais pour les élections législatives qui ont eu lieu en mai dernier dans un climat de liberté et de démocratie, et demandons aux responsables de former au plus vite un nouveau gouvernement en passant outre tout intérêt personnel ou catégoriel, afin que l’Etat se remette sur les rails en fonction des besoins des citoyens qui connaissant des conditions économiques difficiles sous lesquelles ploie le Liban. De même, nous remercions l’Etat libanais, dans toutes ses composantes, d’avoir accueilli les déplacés d’Irak et de Syrie malgré les difficultés économiques dont souffre le Liban. Nous insistons sur la nécessité de les rapatrier en vue de leur préserver leurs droits civils, leur civilisation et leur culture. Nous approuvons des démarches visant à faire du Liban un centre international pour le dialogue des religions et des civilisations.

En Palestine

  1. Nous confirmons notre solidarité avec le peuple palestinien qui ploie toujours sous l’occupation et qui soupire après le salut et l’indépendance, car la situation stagne. Nous réclamons à la communauté internationale d’entériner l’Etat palestinien dans le cadre des deux Etats et de rapatrier les réfugiés palestiniens. Nous redisons notre rejet total que Jérusalem soit proclamée capitale d’Israël, que l’on y transfère l’ambassade des Etats-Unis et que l’on fasse d’Israël un Etat national pour les Juifs.

En Jordanie

  1. Nous apprécions la stabilité qui prévaut dans le Royaume Hachémite de Jordanie et lui souhaitons de réussir à faire face aux divers défis. Certes, nous nous portons solidaires de tous les citoyens dans leur vie, leur stabilité et leur vivre-en-commun. De même, nous louons les efforts déployés au service des réfugiés et des déplacées, notamment ceux venus de Syrie et d’Irak.

En Egypte

  1. Nous réalisons l’énormité des défis et apprécions les efforts déployés pour renouveler le discours religieux et moderniser les programmes scolaires en Egypte, de manière à garantir l’égalité et à fonder l’avenir sur la citoyenneté et l’esprit de fraternité entre tous les Égyptiens. Tout en redisant notre solidarité avec les familles des martyrs, nous confirmons que l’Egypte restera le modèle de l’ouverture et de la résistance en face de tout extrémisme. Nous approuvons toutes les démarches visant à améliorer la situation des citoyens et à relever l’économie afin que tous aient une vie décente.

Appel général

  1. À l’adresse des responsables civils de notre Orient, nous confirmons que le parcours et l’avenir de nos pays n’ont et n’auront lieu que moyennant le respect des droits de tous les citoyens conformément à la « Charte des droits de l’Homme » de l’ONU stipulée il y a soixante-dix ans. Cette charte impose à tous les Etats membres le devoir de garantir à tous les citoyens les libertés civile et religieuse. En vérité, Sa Sainteté le Pape Benoît XVI prévient : « Dans notre monde, la paix et la justice ne sauraient se réaliser sans le respect des libertés religieuses de tous ».
  2. Notre foi commune en un Dieu Un, créateur et administrateur de l’univers, unifie nos cœurs et nous implique dans l’édification d’un pays un, dans un vivre actif et interactif fondé sur le principe d’une citoyenneté une. Telle est la civilisation de l’amour à laquelle nous convient aujourd’hui nos martyrs et nos blessés. Ne les décevons pas. Comme eux soyons des « artisans de paix » pour que nous méritions d’être appelés « Fils de Dieu».

Conclusion

17- De la terre bénie de l’Irak, pays du Tigre et de l’Euphrate, dont le sol est imprégné du sang de nos fils et de nos filles martyrs, qui exhale le parfum du témoignage pour le Seigneur Jésus et pour l’Evangile de l’amour, de la joie et de la paix, ainsi que celui du martyre par amour pour le Divin Maître, et en ces jours sacrés où nous nous préparons pour célébrer la Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ, la fin de 2018 et le début du nouvel an 2019 que nous espérons béni et plein de paix et de sécurité, nous redisons nos sentiments d’amour paternel et de solidarité avec nos fils en Orient qui témoignent pour le Seigneur Jésus dans un monde tourmenté et ballotté par de fortes vagues qui menacent leur existence. A eux tous nous donnons notre bénédiction apostolique et leur rappelons le mot du Divin Maître : « Que vos cours ne tremblent pas et n’aient pas peur ». Saint Paul, apôtre des nations nous le confirme : « Si Dieu est avec nous, personne n’aura raison de nous ». En effet, « sans le Seigneur, nous ne pourrons rien », et « qui compte sur Lui ne sera pas déçu ».

Source : Communiqué final du XXVIème congrès du Conseil des Patriarches Catholiques d’Orient Bagdad (Irak), 26-30 novembre 2018. Cliquer ici.

Publicités