La Terre Sainte à Paris ? Lancement des happy-hours « JéruJel’Aime »

La mosquée de l’Ascension, le toit de Maria Bambina, la porte des Lions lorsque l’on rentre dans Jérusalem pour les Rameaux, le Home Notre-Dame des Douleurs à Abu-dis, le monastère de l’Emmanuel au pied du mur à Bethléem, l’Ecole des frères à Jérusalem ou encore le bureau de Marie-Armelle Beaulieu… Autant de lieux que seuls les « intimes » de la Terre Sainte, ceux qui l’ont fréquentée pendant quelques mois, quelques années ou à plusieurs reprises, étaient venus partager en ce mercredi 10 octobre, soirée de lancement des happy-hours « JéruJel’Aime ».

C’est à l’étage du pub Saint-Michel, à quelques mètres de Notre Dame de Paris, que le rendez-vous avait été donné pour 19h30. Evénement Facebook, emails d’invitation et de relance, les réseaux de la poignée d’initiateurs de cette première soirée furent largement mobilisés.  Ce sont une quarantaine de volontaires de solidarité internationale, de bénévoles, d’étudiants ou de chercheurs, de personnes engagés en faveur de la Terre Sainte ou des pèlerins « récalcitrants » qui étaient venus se découvrir ou se retrouver. Combien d’accolades, de regards interrogatifs « on s’est déjà vu quelque part non ? », d’anecdotes partagées.  La Terre Sainte était bel et bien à Paris en ce mercredi 10 octobre.

Guillaume, l’un des initiateurs également membre de la Tribune de Terre Sainte, prenait la parole pour accueillir l’assemblée et redire en quelques mots l’objectif de ces apéros : « être un lieu de rencontre à Paris pour tous les passionnés de Terre Sainte et susciter de nouveaux projets au service de la Terre Sainte ». C’est ensuite Louis, volontaire à l’Ecole des frères, qui témoignait de ses quelques semaines passées à animer un camp d’été à Jérusalem. Des semaines intenses, remplies de la joie de servir et découvrir cette jeunesse chrétienne arabe de Terre Sainte. A chaque rencontre, un volontaire sur le retour nous partagera en quelques minutes son expérience.

La soirée se poursuivait autour de quelques bières, verres de vin et planches de charcuterie, de quoi alimenter les discussions variées. « Il y en a vraiment pour tout le monde, j’ai l’impression d’être telle une abeille et de butiner de table en table. Il y a des gens que j’aurais pu croiser dans des colloques ou des célébrations mais pas pour trinquer une bière à la main, c’est chose faite ! » commentait, amusée, Emilie, ancienne volontaire DCC.

Alors vous aussi vous rentrez de Jérusalem ? Vous aimeriez déjà y retourner ? Bonne nouvelle, la prochaine soirée est déjà annoncée : réservez votre 7 novembre 2018, même heure, même endroit  – et à l’étage alors n’hésitez pas à grimper l’escalier ! Et pour ne rien manquer des prochains apéros « JéruJel’Aime » inscrivez-vous sur ce lien et nous ne manquerons pas de vous inviter.

Crédit photos : François-Régis Salefran

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s