Premiers camps de jeunes de l’été 2018

Il est une expérience inoubliable pour les jeunes qui s’intéressent à la Terre Sainte : partir encadrer un camp d’été – en langue française ! – dans une des écoles chrétiennes de Terre Sainte. Le Réseau Barnabé, qui oeuvre à la coopération entre l’enseignement catholique français et les écoles chrétiennes de Terre Sainte, facilite ces échanges.

Parmi les camps en cours aujourd’hui, ou même déjà achevés, on note ceux de l’école latine de Beit Sahour ou de l’école melkite de Ramallah. D’autres camps suivront d’ici la fin de l’été.

Mais ces camps d’été sont parfois aussi organisés avec des jeunes animateurs locaux. Tel est le  cas du camp organisé en ce moment par les frères des Ecoles chrétiennes à Jérusalem, comme le rapporte le site du Patriarcat latin de Jérusalem :

Pendant un mois, les frères accueillent des enfants de la vieille ville de Jérusalem, en très grande majorité chrétiens, et font de leur été un temps de jeu, de découverte mais aussi de foi. En effet, ce camp est avant tout spirituel. Tous les matins, les enfants se rassemblent dans la chapelle pour un temps de prière et pour confier leur journée au Seigneur. Là, ils lèvent les mains vers le Père et prient pour le monde chaque matin, répétant en chœur de leurs voix fluettes « Irhamna ya Rabb » (Seigneur, prends pitié) après chaque intention. Tous les jours, ils lisent un passage de l’Evangile et l’explique, puis ils sont invités à choisir un verset particulier pour le suivre tout au long de la journée. Ce matin-là, l’Evangile était celui d’un lépreux guéri par le Christ qui revient sur ses pas pour le remercier – une invitation à reconnaître le bien que les autres font pour nous et à remercier Jésus pour son action dans nos vies.

Après ce temps de louange et de recueillement, les enfants, divisés en équipes, suivent des activités variées qui leur permettent d’explorer et de faire fructifier leurs talents : art plastique, cours de cuisine mais aussi zoumba et dabkeh, la danse traditionnelle palestinienne. En outre, une fois par semaine, une sortie spéciale est organisée, à la piscine à Bethléem, dans la grotte de Soliman près de la porte d’Hérode à l’entrée de la vieille ville ou encore pour visiter les églises de Jérusalem telles St Pierre en Gallicante ou la Dormition.

[…]

L’intégralité de cet article est disponible sur le site du Patriarcat latin de Jérusalem.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s