Deux jours de fêtes pour la France à Jérusalem

Le site du Patriarcat latin nous rapporte les deux belles journées à Jérusalem pour les Français et les francophiles de Terre Sainte que furent les 14 et 15 juillet dernier.

En effet le samedi 14 juillet eu lieu la traditionnelle messe pour la France en la Basilique Sainte-Anne, territoire français de la Vieille-Ville, à laquelle assistait une grande partie des communautés francophones de Terre Sainte ainsi que le Consul Général de France, pleinement acteur de cette célébration en raison des liens historiques faisant de la France la protectrice des Chrétiens en Terre Sainte depuis François Ier et plus récemment à la fin du XIXème siècle, comme garante de l’application du Statu Quo à la basilique du Saint-Sépulcre.

Le lendemain l’ensemble des amis de la France en Terre Sainte étaient conviés à la réception pour la Fête Nationale dans les jardins du Consulat Général à l’issue de laquelle tous purent suivre sur écran géant la retransmission du match de finale de Coupe du Monde de football qui a vu la France l’emporter 4 à 2 face à la Croatie.

 

Cette année encore, la fête nationale française a été célébrée le 14 juillet à Jérusalem par la traditionnelle messe consulaire à Sainte-Anne. Présidée par Mgr Michael Fitzgerald[1]et co-présidée par Mgr Leopoldo Girelli, Nonce Apostolique en Israël et Délégué Apostolique en Terre Sainte et en Palestine, ainsi que par Mgr Boulos Marcuzzo, Vicaire patriarcal à Jérusalem et en Palestine, la messe consulaire s’est terminée par la prière pour la République française : « Domine, salvam fac Republicam et exaudi nos in die qua invocaverimus te. » En français, cette prière encore prononcée lors des Messes pour la France – généralement le premier dimanche précédant la Fête nationale française – se traduit par : « Seigneur, sauve la République, exauce-nous en ce jour où nous t’adressons nos invocations. »

Depuis les Capitulations de 1535 – accord passé entre l’empereur Ottoman, Soliman le magnifique, et le roi de France, François 1er–, la France joue un rôle majeur dans la protection des lieux saints et des communautés religieuses de Terre Sainte. En effet, cet accord reconnait au roi de France des prérogatives de protection des pèlerins en Terre Sainte et des lieux saints. Le traité de Berlin de 1878 s’ajoute à cela en octroyant à la France un rôle de protection du Statu quo régissant la basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem et celle de la Nativité à Bethléem. Ces accords sont toujours en vigueur aujourd’hui. C’est pourquoi, le Consul général de France à Jérusalem, M. Pierre Cochard, a des obligations. Il se doit de représenter la France lors des messes consulaires, où il reçoit les honneurs liturgiques illustrant le rang accordé à la France en Terre Sainte. Lors des fêtes chrétiennes les plus importantes comme Noël ou Pâques, ce dernier possède aussi une place de choix pour les messes associées.

La fin de l’article ainsi que les nombreuses photographies illustrant ces deux beaux événements sont à retrouver sur le site du Patriarcat latin de Jérusalem.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s