L’Annonciation, fête commune pour les chrétiens et musulmans jordaniens

Pour la première fois en Jordanie, musulmans et chrétiens célèbrent ensemble l’Annonciation, comme le relate Claire Guigou pour le site du Patriarcat latin de Jérusalem.

AMMAN – Ce 28 mars 2018,  musulmans et chrétiens se sont retrouvés au Centre culturel Hussein, à Amman, pour fêter ensemble l’Annonciation. Organisé par le Centre Catholique d’Etudes et de Medias (CCSM) et inspiré par l’exemple libanais, cette initiative est une première en Jordanie et a vocation à perdurer dans les années à venir. 

Pour la première fois dans le Royaume Hachémite, la fête de l’Annonciation qui raconte l’annonce de la naissance de Jésus à Marie par l’ange Gabriel était l’occasion d’une fête islamo-chrétienne. A l’initiative du CCSM  et en collaboration avec les différentes Eglises de Jordanie, cette première édition s’est ouverte sous le patronage du vice-Premier ministre Jamal Sarayrah. L’ensemble des représentants du département général de l’Iftaa (plus haute autorité religieuse de Jordanie), le ministère des Affaires islamiques et du Waqf et l’ensemble des représentants religieux des Eglises de Jordanie étaient présents.

L’exemple libanais, pays qui a érigé le 25 mars en fête nationale, a largement inspiré ce rassemblement. «  L’expérience de la célébration commune de la fête de l’Annonciation au Liban nous encourage à faire de même en Jordanie » explique Monseigneur Shomali, Vicaire du Patriarcat latin pour la Jordanie.

Le choix de rassembler musulmans et catholiques autour de l’Annonciation s’enracine dans un patrimoine commun : la Bible comme le Coran consacre place de choix à cet épisode de la vie de Jésus (Saint Luc 1/28-35, Sourate Al-i’Imran 69 : 41/47). « La Figure maternelle de Marie est un facteur d’unité parmi les croyants. N’oublions pas que Marie est une femme juive mais honorée par le Christianisme et  l’islam. Elle devient un pont entre les trois religions monothéistes » continue Monseigneur Shomali.

Dans une lettre ouverte racontant la genèse de l’évènement,  le directeur du CCSM, le père Rifat Bader, se réfère aux propos que le Roi Abdallah II avait tenus lors de la 71ème Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2016.  Le monarque Hachémite avait alors déclaré que le Coran cite abondamment la Vierge Marie (35 fois), reconnue comme  « la meilleure de toutes les femmes dans la création. » A cette occasion,  il avait accusé les « khawarij » (les hors-la-loi de l’Islam,)  de dissimuler délibérément l’importance cruciale de la vierge dans le Coran pour séparer musulmans et non-musulmans et avait averti : «  nous ne pouvons pas permettre que cela se produise. »

À l’avenir, cette solennité mariale de l’Annonciation sera officiellement célébrée tous les 25 mars en Jordanie.  Le père Rifat Bader espère, dans un avenir proche, l’institution d’une fête nationale et d’un jour chômé, à l’image  du Liban.

Cet article est à retrouver sur le site du Patriarcat latin de Jérusalem.

Publicités