Le Pape et le président turc pour le maintien du Statut Quo de Jérusalem.

Le site d’information du Vatican nous rapporte la rencontre ce lundi 5 février du Saint Père avec le président turc Erdogan à Rome, une première depuis 1959. Le Pape François a reçu le chef d’état turc lors d’une visite officielle et avant de lui offrir un médaillon en bronze d’une vingtaine de centimètres de diamètre, symbole d’un monde basé sur la paix et la justice le souverain pontife et M. Erdogan on réaffirmé leur attachement au maintient du statu quo pour Jérusalem. Par la suite le pape a également évoqué la situation des catholiques en Turquie.

 

Ce lundi 5 février, le Pape François a reçu le président turc Recep Tayyip Erdogan dans la bibliothèque du Palais apostolique. Aucun chef d’Etat turc n’avait été reçu au Vatican depuis cinquante-neuf ans, lorsque le Pape Jean XXIII avait reçu Celal Bayar, en 1959. Ils ont notamment évoqué la question de Jérusalem, ainsi que la situation des réfugiés et des communautés catholiques en Turquie.

Dans la matinée de ce lundi 5 février 2018, le Pape François a reçu en audience, au Palais apostolique du Vatican, le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, qui a ensuite rencontré le cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’État, accompagné par Mgr Paul Richard Gallagher, Secrétaire pour les Rapports avec les États.

Au cours de ces entretiens cordiaux ont été évoquées les relations bilatérales entre le Saint-Siège et la Turquie, la situation du pays, la condition de la communauté catholique, l’engagement d’accueil de nombreux réfugiés et les défis qui y sont reliés. Les discussions ont aussi porté sur la situation au Moyen-Orient, avec une référence particulière au statut de Jérusalem, en mettant en évidence la nécessité de promouvoir la paix et la stabilité dans la région, à travers le dialogue et la négociation, dans le respect des droits humains et de la légalité internationale.

Préserver le statu quo

Le président Erdogan et le Pape François, qui s’étaient rencontrés à Ankara en novembre 2014, avaient eu une conversation téléphonique, à l’initiative du président turc, le 29 décembre 2017. Les deux hommes auraient alors échangé sur «l’importance de préserver le statut de Jérusalem». Ils auraient également évoqué l’adoption le 21 décembre dernier à l’Assemblée générale des Nations Unies d’une résolution considérant comme «nulle et non avenue» toute décision ou action susceptible de «modifier le caractère, le statut ou la composition démographique» de Jérusalem. Un vote qu’avait salué le Saint-Siège.

À plusieurs reprises, le Pape François a souligné l’importance de préserver le statu quo de la Ville Sainte. Pour le Vatican, «toute revendication exclusive – qu’elle soit religieuse ou politique – est contraire à la logique véritable de l’identité de la Ville» (discours du cardinal Tauran le 26 octobre 1998 à Jérusalem).

Le 10 décembre dernier, dans un communiqué, le Saint-Siège se disait «sensible» aux préoccupations de la Ligue Arabe et l’Organisation pour la Coopération islamique (OCI), qui inquiétées pour les perspectives de paix dans la région, étaient à l’initiative de diverses réunions d’urgence. Ankara avait organisé celle de l’OCI sur son territoire. Le président turc est l’un des plus féroces détracteurs de Donald Trump et des États-Unis. Il se présente aussi comme un champion de la cause palestinienne.

Erdogan remercie le Pape pour le «message juste» adressé aux chrétiens

Le Pape François et le président Recep Tayyip Erdogan se sont déjà rencontrés en personne lors de la visite du Pape argentin en Turquie, du 28 au 30 novembre 2014. Il avait été essentiellement question de la «grande responsabilité» d’Ankara pour mettre fin aux violences à ses frontières, qui entraînent l’afflux de réfugiés, ainsi que de la nécessaire solidarité des croyants contre le fanatisme.

Dans un entretien diffusé ce dimanche 4 février 2018 sur le site internet du quotidien Italien La Stampa, le président turc a évoqué son échange téléphonique avec le Pape François, qu’il remercie d’avoir «diffusé à tout le monde chrétien un juste message. Parce que Jérusalem n’est pas une question seulement pour les musulmans. Nous sommes ensemble pour la défense du statu quo et nous avons la volonté de le protéger. Aucune nation n’a le droit d’adopter des pas unilatéraux et d’ignorer la loi internationale sur une question qui concerne des milliards de personnes», martèle Recep Tayyip Erdogan dans cet entretien.

Il estime que «maintenir le statu quo, assurer les lieux saints des trois religions, et reconnaître les droits du peuple palestinien est d’une importance absolue. Il est fondamental que le Pape, comme aussi les différentes communautés chrétiennes à Jérusalem, envoie des messages en ce sens.»

Un commentaire de la rencontre et de ses enjeux est à lire sur le site d’information de l’Église catholique en Suisse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s