»A la découverte de la Palestine, voyageurs français en Terre sainte au XIXe siècle » de Guy Galazka,  Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2011.

Guy Galazka, A la découverte de la Palestine voyageurs français en Terre sainte au XIXe siècle, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2011.

Ce recueil examine les principales interprétations de l’autre dans les récits de voyage en Terre sainte au XIXe siècle, pour considérer la façon dont ces perceptions contribuent à préciser les contours de l’identité occidentale. L’altérité spatiale, l’altérité humaine et l’altérité intérieure, à savoir la manière dont le voyage modifie l’image que le voyageur se fait de lui-même, sont évoquées.

L’ouverture progressive de la Palestine à l’Occident depuis les années 1830, qui se manifeste notamment par la création des premiers consulats étrangers à Jérusalem, attire vers la région des milliers d’Européens. Parmi ces pionniers de la démocratisation du voyage – des écrivains, des artistes, des archéologues, des négociants, des militaires, des missionnaires, des fidèles et autres prêcheurs –, plusieurs ont pris soin de publier leurs souvenirs à leur retour en Europe.

Si la vénération des Lieux saints continue de tenir une place importante dans leurs récits, force est de constater que la plupart de ces voyageurs ont aussi l’ambition de rendre compte de l’environnement géographique et ethnographique de la Palestine, de faire part de leurs découvertes et observations personnelles, d’associer le lecteur à leurs émotions et le divertir par des anecdotes survenues au cours de l’expérience itinérante.

Cet ouvrage étudie les principales interprétations de l’Autre dans les relations de voyage françaises en Terre sainte au XIXesiècle et explore la manière dont ces perceptions contribuent à préciser les contours de l’identité de la société occidentale. Il est articulé autour de trois parties qui renvoient chacune à une dimension particulière de l’Autre, sans perdre de vue l’importance d’une mise en perspective historico-culturelle : l’altérité spatiale, l’altérité humaine et l’altérité intérieure.

Loin de se limiter aux grandes figures du monde littéraire français, tels que Chateaubriand, Lamartine ou Flaubert, une place importante est donnée à une pléiade de voyageurs qui, bien que moins connus, voire oubliés désormais, sont partie intégrante de la littérature de voyage en Orient de l’époque contemporaine.

Source ;  Presses de l’Université Paris-Sorbonne cliquer ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s