« Trésor du Saint-Sépulcre. Présents des cours royales européennes à Jérusalem », Silvana Editoriale, 2013.

BERNARD DEGOUT (dir.), TRÉSOR DU SAINT SÉPULCRE, SILVANA ÉDITORIALE, 2013.

Réunie au fil de siècles qui ne lui ont pas épargné leurs vicissitudes, la collection d’oeuvres d’orfèvrerie, de paramentique et de peintures de la Custodie de Terre sainte présentée dans Cet ouvrage a bien la valeur d’un trésor ; par sa nature mais surtout par sa destination : les sanctuaires et les cultes célébrés dans ces sanctuaires. Le trésor latin (catholique) des Lieux saints de Palestine, principalement Jérusalem, Bethléem et Nazareth.

 

Gages ou témoignages de foi et de piété, selon des formules consacrées ; fines pointes de l’art suscitées par la munificence des souverains. Des républiques et des donateurs catholiques, certaines des pièces mises au jour sont les débris uniques de collections que l’on pouvait penser entièrement disparues. Somptueux produits de somptuosités, lampes, calices, vêtements… tendent vers la promesse recelée dans la vacuité du seul tombeau qui n’aura rien à rendre à la fin des siècles — (Chateaubriand) : objets de dépense, de dépense et de luxe, de luxe pour Dieu.

Les Frères mineurs, auxquels la catholicité a confié depuis le XIVe siècle la garde, au milieu du monde musulman, du Saint – Sépulcre, pouvaient également y voir, sans que pour autant ils en eussent été enrichis, un hommage éclatant rendu au lourd tribut qu’ils ont acquitté comme aux privations qu’ils ont endurées dans l’exercice de leur apostolat.

Ces présents, enfin, revêtaient d’importants enjeux de prestige et prenaient place dans une intense compétition européenne entre les nations catholiques, elle-même liée, surtout à partir du XVIIe siècle, à une rivalité de possession des Lieux saints entre les catholiques et d’autres églises chrétiennes, et avant tout l’église orthodoxe : entraînées par des intérêts purement terrestres autant que par leur foi, les puissances de l’Europe se sont mêlées à ces contestations. Près de quarante contributeurs, souvent de renom international, ont été réunis pour la rédaction du présent ouvrage.

Voir http://maison-de-chateaubriand.hauts-de-seine.fr/web/chateaubriand/boutique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s