« Curé à Gaza » de Manuel Musallam, Editions de l’aube, 2010.

Manuel Musallam, Curé à Gaza, éditions de l’aube, 2010.

Etait-ce deux ou trois semaines après Noël 2008 ? Ce jour-là arriva sur les écrans de dizaines de milliers d’ordinateurs une lettre peu banale. Envoyée de Gaza, elle était adressée aux croyants et aux hommes de bonne volonté de l’univers tout entier. Son signataire : Abouna Manuel Musallam, curé de Gaza. Son contenu : une description de ce que vivait là-bas, sur ce bout de terre voué à l’enfermement, une population terrorisée, suivie d’un appel à la solidarité, matérielle et spirituelle, et d’un cri d’espérance, envers et contre tout.

Abouna – le mot signifie  » Père  » en arabe – était à cette période le curé d’une toute petite communauté catholique de deux cents âmes perdue au milieu d’un million cinq cent mille musulmans. Qui est donc cet homme de petite taille, portant béret basque et grosses lunettes à monture noire, ne se déplaçant jamais sans sa canne tant le gêne le difficile mouvement de ses genoux ? D’abord et avant tout un errant, qui ne goûtera le repos qu’au jour, encore tellement improbable, où son pays sera un Etat et où, de la justice enfin mise en oeuvre, naîtra la seule véritable paix. Ce livre est le fruit de longs et passionnants échanges dans sa maison familiale de Bir Zeit. Le curé de Gaza y porte un regard engagé, décalé, profondément humaniste sur un des drames les plus marquants de notre époque.

Manuel Musallam a été curé de Gaza de 1995 à 2009.

Source ; Editions de l’Aube cliquer ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s