Le monastère de Chevetogne, de la tradition de l’Occident à l’Orient byzantin !

La communauté de Chevetogne s’insère dans la tradition spirituelle bénédictine, en s’efforçant de mettre en valeur les grands charismes monastiques communs avec l’Orient chrétien. Le monastère de Chevetogne a été fondé à la fin de l’année 1925 par Dom Lambert Beauduin (1873-1960) qui, comme moine de l’abbaye du Mont-César (Louvain). La rencontre de l’Orient chrétien a rendu Dom Lambert Beauduin conscient de la division des églises et a inspiré son projet de fonder un monastère dédié à l’unité des chrétiens. Dès la fondation, Dom Beauduin travailla au lancement d’une revue œcuménique Irénikon, consacrée à la recherche de l’unité entre les églises, qui commença à paraître dès avril 1926 et continue jusqu’aujourd’hui.

Par ses contacts avec des personnalités des églises et communautés séparées de Rome, l’accueil des hôtes, la célébration liturgique selon les traditions liturgiques byzantine et latine, l’organisation de colloques théologiques depuis 1942, la communauté de Chevetogne a voulu engager un dialogue loyal avec les chrétiens d’autres confessions et faire connaître aux chrétiens d’Occident la richesse de la tradition de l’Orient chrétien.

Les moines se répartissent en deux groupes liturgiques, l’un célébrant selon la tradition de l’Occident, l’autre selon la tradition de l’Orient byzantin, comme d’ailleurs cela s’est fait quelques fois dans d’autres monastères au cours de l’histoire. La spécificité du projet monastique de Chevetogne tient à ce que les deux rites ont été adoptés pour des raisons œcuméniques, en vue de la réconciliation de l’Orient et de l’Occident chrétiens, par delà les ruptures confessionnelles. Ils veulent donner corps ainsi à la primauté de la prière. C’est elle qui unifie, dans un chemin laborieux de conversion, chaque personne, comme elle prépare nos communautés et nos Églises à recevoir pleinement le don de l’unité.

Aujourd’hui encore, la communauté de Chevetogne prie, travaille, accueille ses hôtes avec au cœur la prière du Christ avant sa passion: « Qu’ils soient un ».

Réalité de la Terre Sainte, cette Unité des Chrétiens se trouve présent dans cette abbaye si singulière. Afin de mieux comprendre voici, ci-dessous, le reportage de KTO.

Publicités