Des célébrations françaises tournées vers Jérusalem

Lors du triduum pascal, des célébrations particulières ont permis aux fidèles français de s’associer pleinement au mystère de la Passion et de la Résurrection. Retour sur deux d’entre elles :

  • les Funérailles du Christ, à Notre-Dame du Chêne

A Jérusalem, tous les vendredis saints sont célébrées par les Franciscains l’Office des Funérailles du Christ. La statue du Christ est décrochée de la croix, déposée sur la dalle de l’onction, ointe puis enveloppée dans un linceul et portée au tombeau.

Cette liturgie est également célébrée par les communautés orientales, notamment par les melkites à Saint-Julien-le-Pauvre à Paris. Elle demeure rare chez les catholiques de rite latin. Voilà pourquoi la célébration qui s’est déroulée vendredi soir à Notre-Dame du Chêne (Sarthe), au plus près de la reproduction du tombeau du Christ construit ici au XIXe siècle par des pèlerins locaux à leur retour de Terre Sainte, était exceptionnelle.

Présidée par Mgr Le Saux, évêque du Mans, et organisée par les frères de Saint-Jean qui animent le sanctuaire marial de Notre-Dame du Chêne, cette célébration a fait mémoire de la Passion du Christ.

Un extrait de cette célébration est disponible sur le site internet de Ouest-France.

  • la procession du Précieux Sang, à Neuvy-Saint-Sépulchre

Comme le relate la Nouvelle République,

Le rituel est immuable depuis sept cents ans. « Depuis que l’évêque Eudes a ramené à Neuvy-Saint-Sépulchre trois gouttes du sang du Christ, nous transportons ces reliques à travers les rues de la ville à l’occasion de Pâques », indique Bertrand Jouslin, qui se qualifie de « simple paroissien de la commune », coordonnateur du pèlerinage du Précieux Sang, hier. Car si l’événement n’attire plus « des dizaines de milliers de pèlerins comme au XIXe siècle » – comme le raconte Gérard Guillaume, un autre paroissien, spécialiste de l’histoire locale – près de trois cents fidèles ont tout de même fait le déplacement. Certains sont venus en car de la banlieue parisienne, et quatre « Chevaliers du Saint-Sépulcre » ont pour mission de venir en aide aux chrétiens de Palestine.
Placée sous l’égide du père Gérard Blattmann, provincial de France et de Suisse des Missionnaires du Sacré-Cœur (congrégation originaire d’Issoudun à laquelle appartient le père Pierre-Célestin Wambo, curé de la paroisse), la procession célébrant la première partie de la messe s’est élancée de la basilique vers 10 h 30. Les membres de la confrérie ont porté les reliques et les trois insignes de la basilique jusqu’au reposoir installé sur le champ de foire, où ont été proclamés l’Évangile de la Résurrection puis l’homélie, avant de revenir à la basilique pour la seconde partie de la messe. L’événement s’est achevé vers 15 h 30, avec les vêpres puis l’adoration du Saint Sacrement.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s