Allocution de Mgr Pizzaballa à la fin de la procession des Rameaux

L’administrateur apostolique du Patriarcat latin qui conduisait la procession des Rameaux ce dimanche 9 avril 2017, a prononcé un discours pour clore ce cheminement dans les pas du Christ, rappelant la nécessité de Le suivre non pas que géographiquement, mais surtout dans nos vies en acceptant de porter la croix et de partager avec lui « le calice de la Passion », en continuité avec ce qu’Il a vécu voici deux mille ans, afin d’être capables d' »aimer selon sa mesure ».

Chers frères et sœurs,

Chers fidèles qui êtes venus de toutes les régions de Terre Sainte, de Jérusalem, de Palestine et d’Israël.

Chers pèlerins venus du monde entier pour célébrer avec nous ce jour solennel.

Que sur vous tous vienne la paix du Christ !

Je salue en particulier les Scouts et les différents groupes qui après la cérémonie continueront à célébrer dans toute la ville avec leurs traditions et leurs communautés respectives. Que le Seigneur vous bénisse tous !

Aujourd’hui, nous avons pu faire une belle expérience de l’Église. Nous avons marché et chanté ensemble, nous nous sommes réjouis et certains même ont dansé ensemble, sans même se connaitre, sans même parler une langue commune. Nous avons pu faire une belle expérience de l’Eglise, parce que nous nous sommes sentis unis, tous ensemble, dans la joie de tous appartenir au Christ. En Lui, nous nous sommes retrouvés. En Lui nous nous sommes compris. Nous n’avons pas besoin de parler la même langue, parce que nos cœurs se sont déjà compris.

Aujourd’hui, Jérusalem a vécu et a touché vraiment la joie d’être chrétiens. Aujourd’hui, cette joie, qui reste généralement cachée comme une semence sous la terre, est devenu visible à travers votre présence joyeuse et nombreuse.

Aujourd’hui, comme chaque année depuis deux mille ans, nous sommes entrés avec le Christ dans la ville sainte, retraçant le chemin qu’il a lui-même parcouru il y a deux mille ans, afin de proclamer à tous et d’une voix forte qu’il est notre roi et que nous Lui appartenons.

Mais malheur à nous si nous nous limitons à ne parcourir que son chemin géographique, et que nous oublions de le suivre dans sa vie et dans nos vies.

{…}

Lisez la suite sur le site du Patriarcat latin.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s