Soutenir la restauration de Maria Bambina : lieu d’accueil à Jérusalem pour les pèlerins et volontaires aux revenus modestes

Parce que les franciscains sont avant tout attentifs aux humbles et aux plus pauvres, Maria Bambina permet d’accueillir, chaque année à Jérusalem, plusieurs centaines de pèlerins et de volontaires aux revenus modestes. La Fondation François d’Assise et l’ATS pro Terra Sancta soutiennent ensemble cette initiative solidaire, découvrez le projet :

TERRE SAINTE : Accueillir les pèlerins dans le besoin – 17 000 €

Au cœur de la vieille ville de Jérusalem, Maria Bambina accueille pèlerins, volontaires ou jeunes dans le besoin ne pouvant se permettre de loger à l’hôtel. Si venir à Jérusalem représente déjà un certain coût pour de nombreux pèlerins, le coût de la vie sur place y est encore plus élevé; pour idée il correspond à celui que l’on connaît dans les grandes villes touristiques d’Europe.
Les franciscains, gardiens des lieux saints présents en Terre Sainte depuis 1229, sont avant tout attentifs aux humbles et aux plus pauvres. C’est pourquoi, en plus de l’animation spirituelle, la Custodie de Terre Sainte propose des centres d’hébergement. Maria Bambina,ancien orphelinat pour filles, est l’un d’entre eux. Après avoir été reconverti et restauré, il permet aujourd’hui d’accueillir, chaque année, plusieurs centaines de pèlerins et volontaires dans des chambres privées et huit grands dortoirs.

Emilie, jeune professionnelle venue une année en volontariat, témoigne : « Je n’aurais jamais pu me permettre de rester une année à Jérusalem sans ce logement pratique et abordable. J’y ai fait de merveilleuses rencontres de pèlerins venus à pied ou de pays pauvres, de groupes de scout mais aussi d’autres volontaires. Maria Bambina c’est un peu l’auberge « espagnole », une grande maison, plusieurs cuisines et salles de bain communes, une immense terrasse qui donne sur le Saint Sépulcre. On y vit la Fraternité mais aussi l’Universalité de l’Eglise ».

Avec autant de passage et de fréquentation, il n’est pas simple d’entretenir les lieux. Si de nombreux travaux ont été menés ces dernières années, de nombreuses pièces de la maison restent encore à rénover pour permettre à plus de personnes de bénéficier de ce lieu unique à Jérusalem. C’est le frère Stéphane Milovitch, franciscain français et gardien du couvent Saint Sauveur de Jérusalem, qui assure le suivi des travaux menés à bien par l’Office technique de la Custodie sous la supervision d’Ettore Soranzo.

L’Office technique de la Custodie emploie des ouvriers locaux palestiniens. Cette restauration et les nombreuses autres en cours dans la vieille ville de Jérusalem, permettent ainsi a plusieurs familles de disposer de revenus réguliers maintenant une présence chrétienne au cœur de la ville trois fois Sainte. 

Soutenir ce projet : cliquer ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s