Père Pizzaballa : Repartons du Christ Ressuscité

Pour le site de l’Ordre équestre du Saint-Sépulcre de Jérusalem, dont la vocation est l’aide aux Chrétiens de Terre Sainte, François Vayne a rencontré le Père Pierbattista Pizzaballa, qui vient d’achever 12 années comme Custode de Terre Sainte avant d’être nommé, il y a dix jours, administrateur apostolique du Patriarcat latin de Jérusalem, suite à la démission pour raison d’âge du Patriarche Fouad Twal.
Le Patriarcat latin de Jérusalem entretient des liens étroits avec l’Ordre du Saint-Sépulcre : l’Ordre finance les activités du Patriarcat et le Patriarche est le Grand Prieur de l’Ordre.
Une proximité qui innerve l’interview ici présentée.

Père Pierbattista Pizzaballa, quels sont aujourd’hui à vos yeux les divers enjeux de la présence chrétienne dans les territoires bibliques, spécialement ceux du Patriarcat latin qui vous sont pastoralement confiés?  

 Comme on le sait, le Patriarcat s’étend de la Jordanie jusqu’à Chypre, en passant par la Terre Sainte (Israël et la Palestine), avec pour cœur Jérusalem. C’est un territoire vaste et très diversifié, où du point de vue politique, social et pastoral, les questions sont complètement différentes.

En Jordanie, la sphère politique est stable. Par rapport aux tragédies des pays qui l’entourent, surtout la Syrie et l’Irak, c’est une oasis tranquille et sereine. Mais là aussi, comme partout, les problèmes ne manquent pas : l’économie reste fragile et il y a le grave problème du chômage des jeunes. Le nombre énorme de réfugiés surtout syriens est en train de créer un grave malaise du point de vue social. Il faut dire que l’effort de tout le pays pour aider ces personnes désespérées est admirable, mais il reste objectivement complexe de donner des perspectives à des centaines de milliers de personnes arrivées soudainement, surtout, comme nous le disions, dans un contexte économiquement déjà fragile.

En Terre Sainte, le conflit politique israélo-palestinien est une réalité connue de tous et honnêtement, je ne saurais qu’ajouter à ce sujet. Nous nous souhaitons que le séisme politique qui a bouleversé tout le Moyen-Orient conduise aussi les gouvernants de Palestine et d’Israël à se rencontrer à nouveau pour donner une perspective à leurs peuples respectifs, qui ne soit pas une accusation mutuelle. Il semble que soient en train de se redéfinir de nouveaux équilibres entre les différents pays moyen-orientaux. En Terre Sainte, il est aussi temps d’élaborer un nouveau langage qui donne une perspective et un avenir. L’alternative à cela est seulement la guerre.

[…]

La suite de l’article sur le site de l’Ordre équestre du Saint Sépulcre de Jérusalem.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s