Un couvent près du Cénacle pour célébrer l’Eucharistie : là où elle a été instaurée

Au Petit Cénacle, voisins du sanctuaire

Dans quelques jours, les Franciscains se rendront au Cénacle pour commémorer la Pentecôte sur le lieu où l’Esprit Saint a été donné au monde. Ils s’y rendent deux autres fois par an : pour le lavement des pieds le jeudi saint et la prière pour l’unité des chrétiens en janvier. Pour plusieurs raisons, il est impossible d’y célébrer la messe, et ce sont donc de « simples » prières.

C’est pour cela que les Franciscains se sont installés dans le « couvent Saint-François à côté du Cénacle », voisin de ce Lieu saint où la tradition situe à la fois la Cène et la Pentecôte. « Le but est de permettre aux pèlerins de célébrer l’Eucharistie au plus près de là où le Christ l’a instaurée » explique frère Enrique Bernejo, gardien du couvent. Si les frères mineurs habitaient sur le Mont Sion du XIVe au XVIe siècle, ils en ont été expulsés et se sont installés au couvent Saint-Sauveur, où ils vivent encore. Ils ne sont retournés sur le Mont Sion qu’en 1936, dans deux maisons achetées à des Palestiniens et aménagées pour la fraternité. Appelé affectueusement « Petit Cénacle » ou « Cenacolino » en italien, le lieu est actuellement habité par cinq frères venant du monde entier.

« Je suis brésilien et il y a aussi un Québécois, un Polonais et deux Espagnols » explique frère Wander dans le jardin. Leur mission ? L’accueil des pèlerins. « En septembre-octobre nous accueillions environ onze messes par jour, au mois de janvier, nous étions à une, deux ou aucune messe par jour. Cela dépend vraiment des mois, » continue encore frère Wander. « La porte est toujours fermée pour des raisons de sécurité, mais il suffit de sonner ! » Frappez et l’on vous ouvrira, comme disait l’Evangile. Pause toilette, photos, petite promenade dans le jardin, explication du frère et messe sont le programme habituel des groupes de pèlerins de passage.

Pour encore mieux les accueillir, une deuxième chapelle a été aménagée pour compléter la plus ancienne, restaurée dans les années 1980. Le jardin a quant à lui été rénové en 2014

Suite de l’article sur le site de la Custodie de Terre Sainte : cliquer ici.

Publicités