Tribune Mai 2016 : « L’espoir qui vient de l’Orient »

20150224_icone_noms_martyrs_coptes_20151231

« Si le grain de blé ne meurt pas, il demeure seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruit » (Jean 12, 24). 

Pour venir à nous, Dieu est passé par une famille. La Sainte Famille de Jésus a été une famille en déplacement : de Nazareth à Bethléem, de Bethléem à Jérusalem, de Bethléem en Égypte, de l’Égypte à Nazareth. Les incertitudes du lendemain, les menaces à la sécurité, les conditions de vie modestes rejoignent d’une façon ou d’une autre les fragilités de la famille d’aujourd’hui qui est menacée dans sa recherche de bonheur et de vie.

En Orient, comme dans plusieurs continents, les familles chrétiennes vivent dans une insécurité et inquiétude permanentes. Cet Orient, le berceau des trois religions monothéistes (le judaïsme, le christianisme et l’islam), qui souffre depuis toujours de plusieurs guerres est également le symbole d’une paix et d’un espoir pour le monde entier. Comme l’Orient est une terre de révélation depuis qu’Abraham quitta Ur (en Irak), il est également une terre d’espoir.

« C’est à Antioche que les croyants reçurent pour la première fois le nom de chrétiens »

Pour nous, chrétiens, c’est dans un beau matin de la Pentecôte que le christianisme est né et s’est vite répandu en Syrie, en Égypte, en Grèce et à Rome et « c’est à Antioche que les croyants reçurent pour la première fois le nom de chrétiens » (Actes 11, 26).

L’espoir qui vient de l’Orient est un titre que j’ai choisi pour parler de la situation des Orientaux chrétiens – je préfère d’ailleurs cette appellation plutôt que les chrétiens d’Orient – contrairement à tout ce que nous pouvons entendre actuellement dans les médias ou lire dans les livres qui occupent de grands rayons dans les librairies et qui parlent majoritairement de la disparition ou de l’exil des « chrétiens d’Orient ».

L’amnésie volontaire de l’Occident

Les Orientaux chrétiens sont protagonistes de la vie de toute l’Église, ils comptent sur le soutien et les prières de toute la communauté ecclésiale, et leur disparition symboliquement signifie également l’amnésie volontaire de l’Occident, qui refuse d’accepter ses origines, et se lance ainsi à bras ouverts dans le mouvement d’uniformisation de la mondialisation. À l’échelle du Moyen-Orient, la disparition des chrétiens annonce la fin de ce qu’ils représentaient : la différence, le tiers absolu, la puissance de sécularisation dans la politique. Les musulmans modérés, réformateurs, perdront donc un allié de poids avec leur effacement.

« Le sang des martyrs est semence de chrétiens » 

La question qui se pose pour nous concerne l’enseignement que nous pouvons tirer du martyr de ces orientaux chrétiens. La réponse repose dans l’étymologie du mot martyr qui signifie témoin en grec ancien. Ainsi, qualifier cette tragédie de martyr enveloppe, de fait, les évènements d’une signification toute particulière, qui relève du mystique. Comment ne pas reprendre à notre  compte la phrase célèbre de Tertullien, premier théologien de langue latine : « Le sang des martyrs est semence de chrétiens ». Voir les chrétiens mourir sur la croix à l’image du Christ en ce XXIe siècle, c’est un rappel éclatant de ce à quoi nous sommes tous appelés à vivre et qui fait la merveille de notre foi, c’est-à-dire l’amour ou le don total de soi, jusqu’au bout ! Même les croyants ont besoin d’être continuellement raffermis dans leur foi, non pas par la parole et la raison qui nous laissent toujours au seuil de la foi, mais par l’exemple des saintes et des saints qui vivent leur foi au-delà même des mots, jusque dans leur chair. S’il est bon de pleurer le mal qui blesse l’homme, rendons grâce pour ces témoignages qui édifient le croyant. Il est temps, je crois, de tirer les enseignements de nos frères et sœurs chrétiens qui vivent en Orient et de se rappeler que leur martyr est témoignage et qu’il nous raffermit dans la foi.

« Pour vous, Français et Occidentaux, la forme de la  persécution est différente certes, mais le défi de la foi est là. »

À cet antichristianisme, je n’ai aucune brillante solution politique, économique ou sociale à proposer. Seul Dieu peut convertir les cœurs. Il n’est donc certainement pas de notre ressort de chercher à le faire. En revanche, l’heure est venue de penser et de profiter de ce martyr des chrétiens à travers le monde entier. Je vous assure que l’Église est en bonne forme et en bonne santé tant qu’il y a toujours des gens qui meurent à cause de leur foi en Jésus Ressuscité.

5 intentions

Il y a quelque chose qui se passe dans le monde chrétien, surtout dans cette année consacrée par Sa Sainteté le Pape François à la Miséricorde Divine, je vous demande de ne passer pas à côté de toutes ces manifestations spirituelles. Pour vous, Français et Occidentaux votre sort n’est pas tellement du nôtre en Orient ou en d’autre pays. La forme de la  persécution est différente certes, mais la persécution est là et le défi de la foi est là.

C’est   pourquoi   je   vous   demande   de   profiter   de   ce   témoignage  qui   vous   vient de l’Orient :

1- Vous les jeunes, je prie pour votre foi, pour votre croissance humaine et chrétienne, et pour que vos meilleurs projets puissent se réaliser. Je vous en prie : N’ayez pas peur ni honte d’être chrétiens, au contraire soyez fiers de l’être, la relation avec Jésus vous rendra disponibles pour collaborer sans réserve avec vos concitoyens, quelle que soit leur appartenance religieuse. Aidez vos compatriotes à voir en vous un véritable témoignage chrétien, ouvert et joyeux. Changez l’idée des « cathos coincés et compliqués ». Vous êtes l’espoir de l’Église de l’Occident et de la France. Je compte sur votre témoignage.

2- Vous les parents et les personnes âgées, vous êtes la mémoire de la France chrétienne. Je souhaite que cette mémoire soit semence de croissance pour les nouvelles générations. Priez pour les jeunes français et européens qu’ils soient touchés par la grâce et la miséricorde du Seigneur.

3- Vous tous, priez pour tous ceux qui disent « croyants mais non pratiquants » pour qu’ils fassent un chemin de conversion et un retour au Christ. Je compte sur eux pour la conversion de la France et pour son retour au christianisme. Par nature, je suis optimiste dans la vie et quand je vois la Russie qui a redécouvert la foi chrétienne, je pense que la France ne tardera pas à faire le même chemin…

4- Je vous demande de prier pour tous les terroristes qui égorgent et décapitent les chrétiens, pour qu’ils fassent un chemin de conversion. Je vous demande de les confier à Saint Paul, lui qui était le premier à arrêter et à enlever les chrétiens juste parce qu’ils étaient chrétiens, et qui était témoin du martyre de Saint Étienne (diacre, premier martyr de l’Église) et « approuvait ce meurtre » (Actes 8,1), il s’est converti et est devenu le premier défenseur de christianisme. Le sang d’Étienne nous a donné Saint Paul, vous imaginez si tous les terroristes se convertissent, grâce aux martyrs et à notre prière, combien on aura de « Saint Paul » ?

5- Je vous invite, enfin, à continuer de prier pour la paix au Moyen-Orient. Que celui qui a été contraint à laisser ses propres terres, puisse y retourner et y vivre dans la dignité et dans la sécurité. Puisse l’assistance humanitaire s’accroître, en mettant toujours au centre le bien de la personne et de chaque pays dans le respect de sa propre identité, sans les faire passer avant d’autres intérêts. Que l’Église tout entière et la communauté internationale deviennent toujours plus conscientes de l’importance de la présence des chrétiens dans la région du Proche et du Moyen-Orient.

Abouna Charbel OUBA b.c.

Président-Fondateur de l’Association AmiCo Liban

Prètre de l’Ordre Basilien chouérite – Patriarcat Grec Melkite Catholique

Advertisements