A Tel Aviv, le centre Notre-Dame de Valeur est un havre de paix pour les migrants

Ouvert en février 2014 au sud de Tel Aviv, et aujourd’hui principal pilier de la Pastorale des Migrants, le centre Notre-Dame de Valeur propose aux migrants un lieu de ressource spirituelle et sociale. Une information du Patriarcat latin de Jérusalem.

Le centre Notre-Dame de Valeur, un lieu de vie spirituelle 

Dans ce complexe situé au cœur du quartier populaire voisin de la gare centrale de Tel Aviv, se concentrent la majorité des activités de la pastorale des migrants. Le plus grand bâtiment, dont la rénovation date de l’année 2014, accueille l’église, qui permet de soutenir la vie spirituelle, sacramentelle et religieuse des nombreux paroissiens. Ils sont en effet plusieurs centaines, voire plusieurs milliers, à avoir fait de Notre-Dame de Valeur leur paroisse : entre le vendredi soir et le dimanche matin, sept messes dominicales sont célébrées, chacune réunissant quelque 400 fidèles. A l’issue de la messe les fidèles se retrouvent pour un repas convivial, l’occasion de partager sur leur quotidien avec leurs amis et les membres de leur communauté.

DSC_0148

Philippins, Indiens, Érythréens, Sri-lankais ou Soudanais, tous viennent trouver ici un lieu de réconfort spirituel. Le centre propose également un lieu de formation et d’éducation pour leurs enfants qui suivent un catéchisme adapté en hébreu, langue qu’ils parlent à l’école et dans laquelle ils ont appris à lire et écrire. Ils peuvent ainsi se préparer aux sacrements : cette année, 50 enfants feront leur première communion, 25 recevront la confirmation. Une fois les six années de catéchisme terminées, certains continuent à se rendre au centre Notre-Dame de Valeur et participent aux activités du groupe de jeunes qui se construit petit à petit ; ils auront bientôt un local qui leur sera réservé où ils pourront se réunir à leur guise.

Un lieu où les migrants trouvent une aide concrète et adaptée à leurs besoins

Le centre Notre-Dame de Valeur est surtout un lieu où de véritables défis sociaux sont relevés au quotidien, permettant aux migrants de trouver une vie plus digne. Pour apporter une aide appropriée, le père David Neuhaus, vicaire patriarcal latin et coordinateur de la pastorale des migrants, nous explique avoir fait le tour des ONG qui travaillent avec les migrants en leur demandant comment l’Eglise pouvait soutenir leur travail.

{…}

La suite de cet article sur le site du Patriarcat latin de Jérusalem.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s