Tribune Avril 2016 : « Ce besoin de pardonner ! »

450px-Siur_wikipedia_in_Jerusalem_080608_34 Après la Pentecôte et l’effusion de l’Esprit Saint sur les Apôtres, nombreux sont ceux qui commencèrent à se convertir saisis par la parole des Apôtres. Jésus leur avait laissé ce témoignage : « Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; ce n’est pas à la manière du monde que je vous la donne » (Jean 14, 27).

L’Église était encore au berceau lorsque saint Étienne, signalé par ses vertus, reçut des Apôtres la mission d’être diacre. Il était le chef de file des sept hommes choisis pour assurer le service des tables, de par le fait qu’ils étaient remplis de l’Esprit Saint et de sagesse. Le circonstances amenèrent les diacres à annoncer, eux aussi, la Bonne Nouvelle du salut.

Avec la force et le courage des anciens prophètes, Etienne dénonça l’obstination de ses juges et l’endurcissement de leur cœur, qui les empêchaient de reconnaître en Jésus-Christ le Messie annoncé. Puis, rempli de l’Esprit Saint, il fixa son regard vers le ciel; il vit alors la gloire de Dieu et Jésus-Christ debout à la droite du Père.

À ces mots, ses ennemis ne se contiennent plus ; ils poussent des cris de mort, entraînent Etienne hors de la ville et le lapident comme un blasphémateur. Saint Étienne, calme et souriant, invoquait Dieu et disait : « Seigneur, recevez mon esprit !… Seigneur, ne leur imputez point ce péché ».

Ce qui a fait d’Etienne un martyr chrétien, c’est essentiellement le fait qu’il ait pardonné à ses meurtriers, à l’exemple de Jésus. A l’exemple du Christ sur la croix, il avait demandé à Dieu de ne pas compter les péchés de ceux qui le lapidaient. Ce besoin de pardonner.

En ce Proche Orient la souffrance des populations et d’individus, avec de sanglants épisodes, suscitent en nous des interrogations. Quel est le chemin qui rétablit la paix ? Comment entrevoir la paix si notre vie intérieure, à l’exemple d’Etienne ne reflète pas l’amour.

Aujourd’hui en Terre Sainte, sur les pas de Jésus et d’Etienne, des hommes et des femmes, jeunes ou vieux de toutes les confessions, portent en eux le désir  et  le témoignage de se réconcilier avec Dieu, sachant que Dieu pardonne. Désir de rapprocher les hommes de Dieu et les hommes entre eux.

Ces mouvements, ces groupes, mêmes s’ils semblent précaires, tentent de faire la paix en aimant ceux dont ils subissent les tords. A l’exemple d’Etienne, ils apportent ce témoignage : « lorsque l’amour de Dieu circule dans nos cœurs réconciliés avec Dieu, ne serions nous pas disposés à aimer même nos ennemis jusqu’à ce que Dieu change également leurs cœurs ? »

Tribune de Père Guy Tardivy, o.p.   Avril 2016

Prieur du couvent dominicain Saint-Jacques à Paris

Ancien Prieur du couvent dominicain Saint Etienne à Jérusalem

Advertisements