Le cardinal Sandri à Chypre : soutient à la communauté maronite

Le Vatican est favorable à la constitution d’un État fédéral à Chypre sous les auspices des Nations Unies. Le cardinal Leonardo Sandri s’est prononcé en ce sens lors de sa récente visite sur l’île à l’occasion de la fête de Saint Maron. Après 42 ans de division, le moment est venu de faire avancer le processus de pacification, a-t-il souligné, d’autant que de l’avis de tous le statu quo n’est plus tenable. Le mois dernier, le négociateur de l’Onu chargé du règlement du conflit chypriote avait salué la réelle volonté des dirigeants des deux parties de l’île de trouver une solution. Des progrès sont effectivement signalés depuis la reprise des négociations en mai 2015.

L’organisation politique d’un État fédéral ou confédéral est sur la table. Reçu au palais présidentiel de Nicosie, le préfet de la Congrégation pour les Églises orientales a notamment souhaité que les aspirations des maronites soient accueillies. Présents à Chypre depuis le VIII° siècle, ceux-ci demandent à être reconnus dans la future constitution d’un possible État unitaire fédéral en qualité de minorité nationale et pas seulement religieuse. Avec le soutien du Vatican, les maronites demandent également que leurs quatre villages soient englobés à l’intérieur des frontières de la partie grecque sous les auspices des Nations Unies et de l’Union européenne.

Accompagné de sa délégation, le cardinal Sandri s’est rendu en pèlerinage dans ces quatre villages qui se trouvent actuellement dans le nord de l’île occupé par la Turquie, et qui ont été désertés depuis la partition en 1974. Deux d’entre eux ont été transformés en bases militaires. On ne peut s’y rendre que pour y célébrer l’eucharistie le dimanche ou lors de certaines fêtes. Avant la partition, près de 80% des maronites vivaient dans ces villages isolés conservant leur culture et leurs traditions. De nombreuses églises et monastères ont été détruits ou destinés à d’autres fonctions, les icônes été subtilisées et de nombreuses personnes ont disparu. Les rares habitants de ces villages parlent encore un ancien dialecte araméen. Le préfet de la Congrégation pour les Églises orientales leur a apporté son soutien et les a encouragés à rester attachés à leurs traditions. Pendant sa visite, le cardinal Sandri a également rencontré le Primat de l’Église orthodoxe de Chypre. Les deux responsables religieux ont partagé leur préoccupation au sujet de la situation des chrétiens du Moyen-Orient.

Source : Radio Vatican

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s