L’Université pour tous à Bethléem.

Le site internet du Figaro étudiant nous présente l’Université catholique de Bethléem, lieu de savoir mais également lieu de rencontres porteur d’espérance.

«Notre mission n’est pas de convertir les musulmans au christianisme. Notre vocation est d’offrir à tous les Palestiniens une formation solide qui leur donnera un métier». Le Frère Peter Bray, néo-zélandais d’origine, est le recteur de l’université de Bethléem. De passage en France, il a donné aux futurs ingénieurs de LaSalle Beauvais un témoignage bouleversant sur la vie des étudiants en Palestine.

La Catho Bethléem

À Bethléem, l’université catholique vit au rythme du conflit israélo-palestinien. «En près de quarante ans d’histoire, l’établissement a été fermé une douzaine de fois par les Israéliens». Pendant la première Intifada, les portes de l’université sont même restées closes durant trois années (1987-1990). «Certains professeurs ont tout de même décidé d’assurer leurs cours, mais de manière clandestine. Enseignant et élèves se réunissaient dans des appartements, par groupes de neuf car l’armée israélienne interdisait les rassemblements de plus de dix personnes».

Aujourd’hui encore, les murs de l’université conservent les signes de cette histoire mouvementée. Sur certaines façades, des traces d’impacts de balles sont toujours visibles.

L’établissement a accueilli plus de 400 jeunes de la bande de Gaza

Autel La Catho Bethléem

L’idée d’une université catholique à Bethléem est née lors du voyage du pape Paul VI en Terre Sainte, en 1964. Près de dix ans plus tard, l’établissement ouvrait ses portes, sous la direction des Frères des Écoles Chrétiennes, aussi appelés Lasalliens. Cette congrégation catholique, fondée en 1680 par Jean-Baptiste de La Salle, gère un réseau de 72 universités à travers le monde.

Aujourd’hui, l’université de Bethléem compte plus de 3.000 étudiants. Certains viennent de loin. «Depuis sa création, l’établissement a accueilli plus de 400 élèves originaire de la bande de Gaza» assure le recteur de l’université, en précisant toutefois que ce genre de cas reste compliqué à gérer.

diplomés la Catho Bethléem

Bien que «catholique», seul un peu plus d’un quart des jeunes de l’université sont chrétiens, les autres sont musulmans. Chose étonnante: les trois quarts des élèves sont des étudiantes. «Les palestiniens sont un peuple cultivé où les femmes sont avides de savoir» explique le Frère Peter Bray.

[…]

La suite de l’article sur le site du Figaro étudiant et pour les anglophones, germanophones ou arabophones qui souhaitent en savoir plus, le site de l’Université catholique de Bethléem.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s