Tribune octobre 2015 : « La Terre Sainte attend ses pèlerins »

La Terre Sainte attend plus que jamais la visite des pèlerins

Pour cette Tribune nous faisons écho à la Custodie franciscaine de Terre Sainte qui rappelle que malgré les tensions actuelles, les pèlerinages en Terre Sainte demeurent non seulement possibles, mais souhaitables.

Bethléem

« Non la Terre Sainte n’est pas à feux et à sang. Oui, on peut venir en pèlerinage. La Custodie de Terre Sainte n’ignore pas la vague de violence qui sévit un peu partout dans le pays. Mais elle appelle les pèlerins à prendre la mesure de ce qui se passe vraiment sur le terrain.

Le pays demeure sur et les circuits de pèlerinages ne sont pas affectés par les affrontements actuels.

Dans une interview accordée au magazine en ligne « San Francesco » le Custode de Terre Sainte a répondu à la question : « Que recommander aux pèlerins prêts à partir pour Jérusalem? » « Les pèlerins peuvent partir sereins et tranquilles parce qu’ils n’appartiennent à aucun des groupes entre qui, en ce moment historique, il y a des tensions. Par rapport à ces derniers mois, la période où nous sommes permettait de constater une augmentation des pèlerinages, organisés préalablement aux événements récents, et nous espérons qu’à cause de la situation il n’y aura pas d’annulations pour la prochaine saison automne-hiver, historiquement riche en pèlerinage. »

Il faut bien prendre la mesure du caractère extrêmement localisé dans l’espace et dans le temps des affrontements. Un habitant Bethléem interrogé sur le calme dimanche 12 au matin à la tombe de Rachel répondait : « Le matin les jeunes vont à l’école ! »
Durant la semaine 5 au 11 octobre, de nombreux groupes de pèlerins ont pu se rendre sur l’esplanade des Mosquées, le Mont du Temple des juifs. Vendredi 9 octobre, le traditionnel Chemin de croix des Franciscains s’est déroulé comme à l’accoutumée dans les ruelles de la vieille ville, y compris au niveau des stations IV et V. « Il était intime et recueilli », a déclaré un participant.

La presse internationale regarde les événements en ne comptabilisant que les morts, les attaques et les drames qui sont réels mais demeurent ponctuels. Elle ne relate pas qu’au quotidien à Jérusalem, à Bethléem, à Nazareth et dans tout le pays, on vit, on se rend au travail. Des Israéliens travaillent avec des Palestiniens, les magasins sont ouverts, beaucoup de gens continuent à chercher des solutions pour vivre ensemble, nombreux sont ceux qui préservent les conditions actuelles et futures de la coexistence.

S’agissant des pèlerinages en Terre Sainte, ils sont une occasion unique de mettre ses pas dans les pas du Christ, mais ils sont aussi une expérience concrète de solidarité avec les chrétiens de ce pays. »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s