Fouilles au sanctuaire de Saint Lazare à Béthanie

L’objectif du projet Béthanie (village des Territoires Palestiniens) est de mettre en valeur le Lieu Saint de la Résurrection de Lazare ainsi que le développement de la communauté locale, qui vit actuellement dans une région extrêmement dégradée sur le plan socioéconomique.

Grâce aux initiatives visant à redévelopper le site de Béthanie, son histoire et son patrimoine archéologique et artistique, nous voulons améliorer les conditions de vie de la population locale, en offrant des possibilités de développement économique durable. Cela sera possible seulement en impliquant personnellement les acteurs locaux (jeunes, femmes, universités, coopératives locales) dans des activité de formation et professionnalisation. Les pèlerins qui visiteront Béthanie auront la possibilité de vivre une expérience spéciale dans un des Lieux Saints les plus importants autour de Jérusalem.

Béthanie, un lieu cher à Jésus

A Béthanie habitaient trois bons amis de Jésus: Lazare et ses sœurs Marthe et Marie. Là se trouvela tombe de Lazare, lieu du miracle de la résurrection, préservée au cours des siècles grâce à la construction de plusieurs églises dans la région. Aujourd’hui, malgré le grand potentiel et le fait qu’il soit très proche de Jérusalem, la ville souffre d’une situation de dégradation aussi à cause du mur qui la sépare de la Ville Sainte. Le nombre de pèlerins qui visitent Béthanie a nettement diminué au cours de la dernière décennie.

Les activités du projet Béthanie

  • Cours de formation pour les jeunes et les femmes, concentrés sur la gestion du tourisme durable.
  • Implication d’étudiants universitaires et de chercheurs palestiniens pour la mise en valeur d’un site caractérisé par un grand potentiel historique et archéologique.
  • Soutien à la production et à la vente d’artisanat et de produits locaux impliquant principalement des femmes et des personnes handicapées.
  • Organisation et promotion de tours socioculturels adressés tant aux pèlerins qu’à la population locale pour maximiser la sensibilisation à la valeur de Béthanie, enrichie par la présence de différentes cultures depuis des siècles.

Apportez votre soutien à Béthanie

Nous recherchons des donateurs pour continuer un projet unique pour sa portée historique, sociale et culturelle.

Avec le soutien du projet Béthanie vous contribuez non seulement à la création de possibilités d’emploi pour les franges plus faibles de la population, jeunes et femmes mais aussi vous liez votre nom à l’entretien d’un site d’importance fondamentale pour la Terre Sainte: c’est le lieu de la résurrection de Lazare et aussi le lieu où Jésus trouvait accueil, familiarité et tranquillité.


Mercredi 2 septembre 2015 a eu lieu au couvent franciscain de Béthanie, al-Azariya en arabe, une cérémonie un peu particulière. Elle voulait célébrer la clôture la deuxième phase de fouilles aux abords de la tombe de Lazare et l’heureuse collaboration entre des acteurs divers.
En effet, le projet a nécessité la coopération de différentes parties, tant au niveau académique et matériel qu’administratif. Le site archéologique s’étend sur trois propriétés, appartenant aux franciscains, aux grecs orthodoxes et aux musulmans, d’où l’importance du dialogue entre les différentes communautés. L’ambitieux chantier, situé sur le domaine franciscain, a aussi permis à des étudiants en archéologie palestiniens d’acquérir une expérience pratique dans leur domaine d’étude.
Etaient donc présents pour l’occasion l’économe custodial Fr. Ibrahim Faltas, ofm, des représentants de l’université Al-Quds et du Ministère du tourisme et des antiquités, le maire d’al-Azariya, et le directeur de l’Association pro Terra Sancta, Tommaso Saltini. Etaient également présents le gardien du couvent FR. Michael Sarquah et plusieurs frères du Studium Biblicum Franciscanum au premier rang desquels Fr. Eugenio Alliata qui a suivi de près les fouilles.
« L’Homme ne vit pas seulement de pain et d’eau » a rappelé l’archéologue Osama Hamdan. Si Béthanie est le troisième lieu le plus touristique en Palestine, les fouilles ont aussi une valeur pour la population. « Ce travail est intiment lié au sentiment d’appartenance, a déclaré le frère Ibrahim Faltas. Les étudiants palestiniens qui ont participé aux fouilles découvrent davantage l’histoire du lieu où ils vivent. Cela leur permet aussi de réaffirmer leur espérance dans le futur. » S’adressant à eux, il a ajouté : « Vous écrivez l’histoire en la découvrant de vos propres mains. C’est une richesse nationale que vous déterrez. ».
« Le sentiment d’appartenance, a complété le vice président de l’Université Hanna Abdel Nour, va de pair avec la connaissance, le savoir, et leur diffusion. Ils sont essentiels pour la conservation du patrimoine national. » Cette conservation est de la responsabilité de chacun : tel était le cœur du message des intervenants.
Les époques byzantine et croisée sont les périodes les plus importantes de la ville. Quatre églises furent construites à proximité de la tombe de Lazare. La première remonte à l’époque de sainte Hélène, au IVe siècle. La dernière, au dessus de la tombe de Saint Lazare, date de l’époque de la reine Mélisande, au XIIe siècle. À côté de celle-ci se trouvaient un monastère et une tour servant à protéger les religieuses et les pèlerins. Les fouilles sur le site ont permis de réaliser un travail de stratigraphie de la ville, révélant des traces des périodes byzantine, musulmane, croisée et ottomane. Les fouilles n’en sont qu’à leur début mais déjà un canal et un réservoir d’eau de l’époque croisée ont été mis à jour. De plus un mur a été découvert indiquant l’existence de deux salles à l’usage encore inconnu.
Alors que le projet dans sa conception est de grande ampleur et d’un potentiel considérable, sur le terrain il est relativement modeste en raison du manque de fonds. « La première année ce lieu était une décharge laissée à l’abandon. On voit encore les traces de fouilles illégales, a expliqué l’archéologue Ibrahim Abu Amr. Nous avons donc pris soin de l’aménager. Le travail archéologique préliminaire a été accompli cette année. Le projet vise à offrir une expérience pratique aux étudiants en archéologie tout en découvrant les richesses du site, pour ensuite le rendre accessible aux touristes. »


Fouilles au sanctuaire de Saint Lazare à Béthanie

Un projet de fouilles à Béthanie, le lieu de la Résurrection de Lazare, a permis des découvertes archéologiques séculaires grâce à la participation de jeunes universitaires palestiniens. Les recherches sont effectuées grâce à la collaboration entre l ‘Association pro Terra Sancta, la Custodie de Terre Sainte, l’Université Al Quds et le Mosaic Centre de Jéricho, et grâce aussi à des fonds de MissionZentrale der Franziskaner.

« Ce que nous souhaitons – affirme Carla Benelli, historienne de l’art et collaboratrice de l’Association pro Terra Sancta – c’est élargir et améliorer la visite des pèlerins en ce lieu, afin de leur faire découvrir pourquoi il est si important. Nous sommes près de la tombe de Lazare, un lieu très important pour les chrétiens. »

« Ce qui est beau dans ce projet – ajoute le p. Ibrahim Faltas, econome de la Custodie de Terre Sainte – est que ce sont de jeunes Palestiniens qui mènent les fouilles, ce sont eux qui travaillent ici. Et ça c’est vraiment quelque chose de nouveau, parce qu’il y a toujours une foule de gens venus de toutes les régions du monde dans les lieux saints, tandis que les Palestiniens eux-mêmes ne les visitent pas. »

Sources :

Custodie de Terre Sainte.

ATS Pro Terra Sancta

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s