Ste Anne et St Joachim : icône du couple dans l’Orient chrétien

Nous fêtions le 26 juillet les parents de Marie. Le Magazine Cedrus Libani nous fait rentrer dans le mystère du mariage dans l’Orient : une des voies privilégiées pour suivre le Christ.

Icone-de-la-sainte-rencontre-de-anne-et-joachim

« Vu la fragilité du cœur humain, si celui-ci n’est pas donné soit à Dieu, soit à l’autre dans un projet matrimonial précis et exigeant, il risque de se replier sur lui-même dans l’auto-idolâtrie et l’auto-satisfaction » (Lucien Coutu,  » La vie religieuse en Orient chrétien « , Reflets 165, p. 23).

Le regard neuf que pose l’Église d’Orient sur l’amour humain peut être une source de libération pour les personnes qui se sentent engagées dans une impasse.[…]

L’icône qu’elle propose comme archétype du couple chrétien (et qui est offerte en cadeau de mariage) est celle des saints ancêtres du Seigneur, Joachim et Anne, qui s’embrassent pour concevoir la Mère de Dieu.

Sur certaines de ces icônes, on aperçoit un lit conjugal en arrière-plan. L’étreinte nuptiale est ainsi canonisée par l’icône, messagère de l’enseignement et de la foi de l’Église.

La Sainte Famille n’est donc complète qu’avec les parents de la Mère de Dieu, qui réparent la chute du premier couple de l’humanité : 

» Adam, voici ton renouveau, Ève, exulte de joie ! 

Le couple vénérable conçoit l’Agnelle immaculée d’où sortira d’ineffable façon l’Agneau de Dieu immolé pour nourrir le monde entier. 

Anne s’écrie au comble de la joie : Toutes les tribus d’Israël, réjouissez-vous avec moi, car j’ai conçu le nouveau Ciel d’où bientôt se lèvera l’astre du salut, la source de lumière, Jésus. 

Adam et Ève, déposez tout chagrin, car en ce jour, de merveilleuse façon, la Mère de notre joie devient le fruit d’un stérile sein.  »

(Offices du 9 décembre, fête de la Conception de sainte Anne).

 » Bienheureux couple, tu surpassas tous les couples de la terre en produisant celle qui dépasse l’entière création. 

Réjouis-toi, bienheureux Joachim, d’être le père d’une telle enfant ; 

et toi, sainte Anne, bienheureux est ton sein qui a produit la Mère de notre vie ; bienheureuses les mamelles qu’a sucées celle qui a nourri de son lait le Nourricier de tout ce qui respire et qui vit » […]

Source Cedrus Libani Juillet 2011, via l’Oeuvre d’Orient

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s