Tribune Juillet 2015 : Animer un camp d’été en Terre Sainte

« J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante. » (Corinthiens 13, 1 – 13

camps réseau barnabé

S’il est un endroit où des vacances prennent un sens, c’est bien la Terre Sainte. Parmi les différentes formes de séjours envisageables, il y en a une qui offre une possibilité de dialogue et de rencontres insoupçonnés : l’animation en français de camps d’été dans des écoles chrétiennes ou des paroisses.

C’est ainsi que chaque été depuis 2010, des villes telles Bethléem, Naplouse, Ramallah, ou de plus petits villages comme Taybeh ou Beit Jala voient arriver des étudiants et de jeunes professionnels français, ayant décidé de consacrer quelques jours de leur été auprès des pierres vivantes que sont les enfants de Terre Sainte. Certains font partie de groupes constitués, comme des écuyers du Saint-Sépulcre ou des scouts, d’autres font le pari d’arriver d’horizons différents, pour animer ensemble ces camps en français. Soutenus par des professeurs de français locaux ou des volontaires en poste en Terre Sainte, ils transmettent la culture française par des jeux, chants, saynètes, séquences sportives ou culturelles, et plus que tout, par leur présence amicale.

L’ouverture vers une autre culture

Ainsi Anahit, éducatrice spécialisée dans un établissement scolaire d’Apprentis d’Auteuil, Fabien, séminariste du diocèse de Marseille, José, professeur dans l’Enseignement catholique, Terence, étudiant en histoire, ou encore Béatrice, volontaire de la Délégation catholique pour la Coopération, retrouveront en juillet et août prochains dans leurs écoles Diana, Nahed ou Abeer, professeurs de français. Dès maintenant, ils correspondent et élaborent ensemble une trame conductrice qui, tout au long du camp, développera l’imaginaire des élèves et permettra de leur proposer, jour après jour, des activités en lien avec l’apprentissage de notre langue.

Plus qu’un camp de vacances, c’est l’ouverture bilatérale vers une autre culture qui reste le droit fil de ces quelques jours : en effet, les animateurs français ont la chance de côtoyer chrétiens et musulmans de la Terre Sainte dans leurs lieux de vie, d’être invités chez eux et de développer des liens d’amitié. Cet enrichissement culturel est source de joies. Dans son discours lors de la Congrégation pour l’Éducation catholique en février 2014 au Vatican, le Pape François rappelle « la valeur du dialogue dans l’éducation ». C’est ce vers quoi tendent les animateurs des camps d’été sur cette terre sainte et malmenée. L’exercice du dialogue, ferment de paix, est souvent enthousiasmant, parfois délicat, mais toujours source de grâces !

Alice de RAMBUTEAU

Animatrice du Réseau Barnabé

customLogo

Il reste encore quelques places pour les camps soutenus par le Réseau Barnabé : les renseignements se trouvent sur http://www.reseaubarnabe.org/camp.

76 rue des Saints-Pères | F-75007 PARIS | +33 1 45 49 41 33 | http://www.reseaubarnabe.org

Publicités