Les Icônes : un art Byzantin né en Terre Sainte

12Au cœur de la Vieille Ville de Bethléem, « l’Ecole des Icônes » fait revivre un art authentique, qui remonte aux IVème et Vèmesiècles. Un art qui est aussi un élément à part entière de la culture chrétienne en Palestine.

Ce qui distingue l’Ecole des Icônes des autres écoles d’art à Bethléem est sans doute son objectif de faire grandir chez les étudiants un esprit d’humilité, qui dépasse leur égoïsme, car le travail entrepris par les étudiants est, avant tout, un travail consacré au Seigneur.

4L’école a également un autre objectif, celui de conduire ses étudiants d’un entourage où débordent les séductions mondaines, qui enracinent l’égoïsme chez les jeunes, à un entourage où ils peuvent former leur esprit et leur vie grâce à une vie de prière et de travail consacré à Dieu.

Parmi les éléments qui constituent une icône, se trouvent le calme, le silence et la sérénité qui éloignent toute distraction. L’iconographe cherche à travers ces éléments à inspirer et à nourrir sa Foi et la Foi de ceux qui honorent le Dieu Vivant.

11L’enseignement qu’offre l’Ecole ne se borne pas à l’iconographie dans son aspect technique, puisqu’elle tâche aussi de faire connaître aux étudiants les périodes historiques de la naissance de cet art et son développement au cours des siècles, en offrant des cours hebdomadaires qui couvrent à chaque fois une période différente.

L’Ecole des Icônes de Bethléem est la seule au Moyen Orient qui enseigne cet art ancien né avec l’arrivé des moines du désert, aux IVème et Vème siècles. Pour les moines de Palestine, écrire des icônes fut une responsabilité, une joie et un don, car cet Art Sacré était – et l’est encore aujourd’hui- un moyen de rendre grâce et hommage à Dieu.

Avant la fondation de l’Ecole, des cours intensifs avaient été organisés pendant une semaine au Monastère des Moniales de l’Emmanuel, aux pieds du Mur de Séparation, près du Tombeau de Rachel à Bethléem (où se trouve également la célèbre Icône de Notre Dame qui fait tomber les Murs).

17En 2012, l’Ecole a pu être fondée en tant qu’association à but non lucratif, sous le patronage de l’évêque Grec-Catholique Melkite de Jérusalem, Mgr Joseph Jules Zerey. Cette fondation s’est donné pour but d’offrir une formation de trois ans aux étudiants qui souhaitent devenir iconographes.

C’est en décembre 2014 que la nouvelle Ecole fut inauguré dans le Hosh d’Abou Jarour (Un Hosh est une grande maison palestinienne traditionnelle composée de plusieurs pièces voutées qui abrite une cour commune partagée entre plusieurs familles ou une seule et grande famille). C’est un anglais, Ian Knowles, qui est le directeur de l’Ecole, qui enseigne et qui veille à l’application de la vision de l’Ecole et à la réalisation de ses objectifs.

32Pour mieux découvrir l’Ecole, nous vous invitons à visiter son Site Internetet sa page sur Facebook.

Saher Qawwas, étudiant à l’Ecole.

Source : Patriarcat Latin de érusalem : cliquer ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s