Pour le Ramadan, le Vatican invite musulmans et chrétiens à s’opposer à la violence religieuse

Le message du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux pour le mois de Ramadan s’indigne de l’atrocité de crimes commis au nom de Dieu que les chrétiens et les musulmans doivent condamner ensemble.

0bdf8f_f4ca1bbb95174a1da18c396595c9d2db

« Personne ne peut tuer au nom de Dieu ; ceci serait un double crime : contre Dieu et contre la personne elle-même. » Le message délivré par le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux pour la fête d’Id al-Fitr qui marquera la fin du Ramadan, mois que les musulmans viennent de commencer, est sans ambiguïté.

Comme son signataire, le cardinal Jean-Louis Tauran, ne cesse de le souligner depuis les atrocités du groupe Daech ou celles commises ailleurs comme au Pakistan ou au Nigeria, il faut lever toute équivoque entre la religion et de telles violences.

Sans nommer aucun groupe terroriste, le message rendu public ce 19 juin en plusieurs langues commence par énumérer les souffrances subies au sein de diverses communautés religieuses en raison de ces crimes. « Ce qui les rend encore plus odieux est la tentative de les justifier au nom d’une religion », poursuit le président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, selon qui il s’agit « d’une manifestation évidente de l’instrumentalisation de la religion ».

Le pape François a invité lui-même à de multiples reprises tous les dirigeants du monde musulman à condamner clairement ce détournement de la religion.

« IL N’Y A PAS DE VIE QUI PLUS PRÉCIEUSE QU’UNE AUTRE »

Pour la prévenir, le cardinal français et le secrétaire de son dicastère, P. Miguel Angel Ayuso Guixot, invitent « tous ceux qui sont engagés dans l’éducation de la jeunesse », citant écoles et familles mais aussi « textes scolaires, chefs religieux, discours religieux, médias » à enseigner « le caractère sacré de la vie et la dignité qui en dérive ». « Il n’y a pas de vie qui soit plus précieuse qu’une autre à cause de son appartenance à une race ou à une religion spécifiques », affirme le Saint-Siège dans ce message, insistant : « L’éducation ne tolère aucune ambiguïté ».

Cette éducation prime dans la mesure où « la violence et le terrorisme sont d’abord conçus dans les esprits de ces personnes égarées ».

Lire la suite sur le site de La Croix

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s