Le Patriarche et le rabbin : « la peur est la principale menace pour la paix »

EC1_9805
Crédits : lpj

 

FLORENCE – Le 12 mai 2015, le patriarche Fouad Twal est intervenu au Festival des Religieux de Florence et s’est entretenu avec le rabbin Adin Steinsaltz.

« Nous avons assez souffert, tous : il est temps de surmonter la peur, de dire les choses comme elles sont, d’avoir le courage de prendre des mesures concrètes en faveur de la paix ».

C’est en grande partie sur le rôle de la peur, endémique au Moyen Orient, et sur le courage de la dépasser que s’est déroulée l’intervention du Patriarche latin de Jérusalem Fouad Twal, invité le mardi 12 mai au Palazzo Vecchio pour la journée inaugurale du Festival des Religieux, organisé pour la deuxième année consécutive par l’Association « Luogo d’incontro » (en français, Lieu de rencontre, ndt), à l’initiative de la jeune philosophe Francesca Campana Comparini. Une journée qui a fait de Florence « la capitale du dialogue interreligieux », comme l’a souligné le maire Dario Nardella en accueillant dans la Sala dei Duecento un autre hôte illustre : le pape Tawadros II, patriarche de l’Eglise copte d’Alexandrie.

Mgr Twal a rencontré le rabbin Adin Steinsaltz, réputé à Jérusalem, qui a consacré sa vie à la traduction du Talmud dans différentes langues et à la formation des nouvelles générations de Juifs israéliens. « Le dialogue interreligieux, pour porter des fruits, ne doit pas être une valse mais un cha-cha-cha », a averti en ouverture le talmudiste, soulignant la nécessité d’une proximité entre les religions tout en laissant à chaque membre la possibilité de se déplacer librement.

Respect et dialogue entre les religions : les deux invités se sont rejoints sur ces deux points, ainsi que sur la nécessité de faire face à la menace de l’Etat islamique, en remplissant « le vide dans lequel l’ISIS s’est engouffré afin de ne laisser aucune place à la propagation de la haine », a précisé le Patriarche. « Comment ? Par l’éducation des jeunes générations, en partant des bases et en s’adaptant à la réalité concrète ».

« Dans tout le Moyen Orient la peur règne, ce qui entrave les efforts et empêche d’avancer plus loin »,  a exprimé Mgr Twal, citant le thème du Festival ». « La peur est la principale menace pour la paix, parce qu’elle fait fuir nos jeunes, notre avenir ».

La suite sur le site du Patriarcat latin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s