La Société Saint-Yves célèbre la victoire dans l’affaire Cremisan

La Société de Saint-Yves – le Centre catholique pour les droits de l’homme, a célébrée le jeudi 30 Avril, la récente victoire dans le cas Cremisan après une bataille juridique qui a duré 9 ans. La société Saint-Yves a tenu un dîner de célébration dans l’Hôtel Casa à Bethléem où a assisté sa Beatitute le Patriarche Fouad Twal, Patriarche latin de Jérusalem, ainsi qu’une délégation du Patriarcat latin de Jérusalem. Les membres du conseil d’administration, y compris M. Sami Al-Yusuf, chef de la Mission pontificale pour la Palestine, Fr. Emil Salayta, chef du Tribunal ecclésiastique Cour et M. Antoun Asfar le vérificateur général du Patriarcat étaient présent.

La Haute Cour israélienne a livré le 2 Avril sa décision finale sur l’affaire Vallée Cremisan dans laquelle elle a accepté la pétition soumise par les propriétaires fonciers de la vallée de Crémisan de Beit Jala. Dans sa décision, la Cour a rejeté l’itinéraire prévu pour la construction du mur de séparation dans la vallée Cremisan qui aurait confisqué environ 3000 dunums de terres privées y compris les terres de l’église appartenant au monastère et couvent salésien. En outre, la construction du mur prévu aurait séparé les deux ordres de salésiens ainsi que les séparait de la communauté qu’ils servent.

Sa Béatitude a honoré  Manal Hazan – Abu Sinni qui ont plaidée l’affaire devant le Comité d’appel de la Cour magistrat israélienne à Tel Aviv et Zvi Avni qui ont continué la lutte juridique devant la Haute Cour israélienne. Sa Béatitude a honoré Mme Anica Heinlein pour ses efforts ainsi que Dalia Qumsieh. Le plaidoyer a joué un rôle important en impliquant la communauté internationale dans l’affaire pour mettre fin à leurs plans et à la construction du mur et l’appropriation de la terre palestinienne. Sa Béatitude a salué les efforts et le dévouement à la cause et à la lutte contre les politiques israéliennes d’occupation.

La Société de Saint-Yves est une organisation palestinienne des droits de l’homme travaillant sous le patronage du Patriarcat latin de Jérusalem. Le Patriarcat considère St. Yves être son bras droit dans la défense des droits des déshérités et les opprimés dans la société palestinienne en fournissant l’aide et des services juridiques aux personnes dans le besoin.

Source : Société Saint Yves : cliquer ici.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s