« Un amour absolu » : documentaire en immersion dans le Monastère de Bet Gemal, en Terre Sainte diffusé le 3 avril.

« Un amour absolu » est une immersion unique dans un Monastère de Moniales situé sur une petite colline, en Terre Sainte.

« Un Amour Absolu » a été choisi par Arte pour célébrer Pâques, il sera diffusé le 3 avril à 23h10 !

A mi-chemin entre Tel Aviv et Jérusalem se trouve le monastère Notre Dame de l'Assomption, Bet Gemal, Israël.
A mi-chemin entre Tel Aviv et Jérusalem se trouve le monastère Notre Dame de l’Assomption, Bet Gemal, Israël.

À Bet Gemal, un monastère isolé en Israël, la réalisatrice, Stéphanie Pillonca-Kervern, a filmé pour la première fois les Petites Soeurs de Bethléem, au sein desquelles sa cadette a pris les ordres. Une immersion sensible dans leur « vie de silence, de prière et de solitude ».

En Israël, sur une petite colline boisée de pins qui domine des terres arides, le monastère de Bet Gemal accueille la communauté des Petites Sœurs de Bethléem. Toutes ont renoncé au monde moderne, quittant pays, famille et amis pour offrir leur vie à Dieu, souvent contre la volonté de leurs proches. Prière, poterie, jardinage, peinture, étude de textes bibliques, cuisine : chacun de leurs gestes est tourné vers un Seigneur auquel elles se vouent corps et âme. Jusqu’à l’arrivée de la réalisatrice, elles n’avaient jamais été filmées.

Intériorité

Salle à manger du monastère de l'Assomption
Salle à manger du monastère de l’Assomption

« Il y a neuf ans, ma petite sœur a rejoint le monastère Notre-Dame de l’Assomption, en Terre sainte. Sa décision m’a laissée sans voix, puis j’ai fini par l’accepter. » Au fil de ses visites, la réalisatrice Stéphanie Pillonca-Kervern (Je marcherai jusqu’à la mer) est tombée amoureuse du lieu, de ses hôtes et de sa douce atmosphère. À force de temps et de patience, elle a gagné la confiance des sœurs et obtenu l’autorisation de filmer. Baigné par une lumière diaphane, le documentaire dévoile avec une infinie délicatesse les rites immuables des moniales, entre silence, solitude et joyeuse sérénité. Au plus près des visages habités et des mains au travail, la réalisatrice nous offre une fascinante plongée dans l’intériorité de ces femmes, souvent jeunes, qui veulent croire à un monde meilleur dans une région ravagée par les conflits.

Source : Arte : cliquer ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s