Pour Mgr Abou-Khazen, êvêque Latin d’Alep, « il faut restaurer la confiance »

Article publié le 24 février 2015 par le site terrasanta.net

(Beyrouth) – De passage à Beyrouth, Mgr Georges Abou-Khazen, évêque des Latins à Alep, a fait le point devant les acteurs des associations libanaises engagées sur la problématique de l’urgence et de l’accueil des populations victimes du conflit syrien.

Mgr Georges Abou-Khazen au centre, de passage au couvent franciscain de Beyrouth. © CTS/Beyrouth
Mgr Georges Abou-Khazen au centre, de passage au couvent franciscain de Beyrouth. © CTS/Beyrouth

Le vicariat apostolique dont il a la charge étend sa juridiction sur tous les fidèles syriens de rite latin. Au nombre de 14000 avant que le conflit n’éclate, on estime qu’ils sont aujourd’hui moitié moins.

Après avoir dressé un état des lieux des chrétiens du Moyen-Orient Mgr Abou-Khazen concluait : « L’un des principaux défis que, personnellement, je relève pour les Chrétiens du Moyen-Orient c’est le dépassement de nos peurs et la restauration de la confiance. Une confiance qui a été brisée par ce que nous avons vu et vécu. Mais c’est ce manque de confiance qui nous empêche d’envisager l’avenir. Notre défi c’est celui d’entendre que notre présence au Moyen-Orient est un appel, une mission ».

Pour Terrasanta.net, l’évêque franciscain est revenu plus longuement sur le conflit syrien et ce qu’il a transformé ou renforcé, malgré la dureté de la vie : l’œcuménisme et le dialogue islamo-chrétien.

« Nous, chrétiens, ne sommes qu’une minorité en Syrie, composée de plusieurs Églises et nous n’avons jamais été aussi unis ». Chaque samedi les évêques catholiques se rassemblent et chaque dernier samedi du mois c’est une réunion œcuménique qui rassemble toutes celles et ceux qui le désirent. « Les jeunes qui sont restés nous poussent ; ils sont volontaires à la paroisse, vont au catéchisme, se marient, on baptise des enfants, on célèbre les fêtes et des journées mondiales… Nous voulons rester membre de l’Eglise universelle, la vie continue ».

Les quartiers d’Alep à majorité chrétienne accueillent dorénavant de nombreux déplacés de confession musulmane ; une expérience nouvelle et féconde pour Mgr Abou-Khazen. « Dans le conflit nous avons développé de nouveaux modes de rencontre. Certes cela n’a pas été facile mais je ne cesse de dire qu’il est très important que nous sachions accueillir. Nous ne devons pas donner d’alibi à l’exclusion ou au communautarisme. Nous devons nous nourrir de cette connivence, c’est une idéologie et croyez-moi de nombreux musulmans sont surpris par la charité des chrétiens notamment envers leurs enfants, femmes, vieillards… »….

Suite de l’article d’Emilie Rey pour terrasanta.net : cliquer ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s