Petites églises, ermitages, basiliques… Une autre manière de (re)découvrir Saïda et ses environs

p05-5_881241_large
Crédits : l’Orient le jour

Après Tripoli, à la quête de traces chrétiennes, un nouveau volume intitulé Sur les pas du Christ, Sidon, magna urbs Phoeniciaoe, publié par l’Université de Balamand, aborde le patrimoine religieux de Saïda et de ses environs. Sous la direction d’Élie Abi Nassif, professeur à l’Alba, assisté par les étudiants Rizkallah Chaaraoui et Najib al-Ghossein, l’ouvrage abondamment illustré de photographies, de détails architecturaux, de plans, de coupes et de perspectives, présente de façon didactique chacun des édifices, avec un focus particulier sur leur architecture. Toutefois la route empruntée par Jésus lors de sa visite à Tyr ou à Saïda n’est pas définie. « Nous n’avons comme référence que les évangiles et des informations glanées çà et là dans différents manuels d’histoire ou d’archéologie. Les traditions locales nous donnent aussi quelques pistes, mais les informations recueillies sont à prendre avec beaucoup de réserve », ajoute Élie Abi Nassif.

 

Des croix pattées à Boustan el-Cheikh
Les témoignages archéologiques attestent cependant de la présence chrétienne à Boustan el-Cheikh dès 400 après J.-C. À moins de cinq kilomètres du centre de la ville de Sidon, sur le site de l’ancien temple d’Echmoun, les ruines d’une église révèlent « des blocs de marbre timbré de croix pattées », ainsi que deux énormes fours à chaux. « Des bassins d’eau à proximité laissent penser que ce lieu de culte et les monuments qui l’entouraient servirent le sacrement du baptême et perpétuèrent la tradition du pèlerinage médical à Echmoun », signale l’auteur, soulignant que le bâtiment a connu deux phases de construction. Au cours de la première, une petite basilique a été bâtie sur une construction romaine qui lui a imposé son plan : oecus et péristyle. Dans la deuxième phase, l’édifice, réorienté vers l’est, a été transformé en « église à abside monumentale », qui aurait été détruite entre le VIe et le VIIe siècle soit par le tremblement de terre de 551, soit par l’arrivée de l’islam dans la région. On n’en sait rien. Trois mosaïques à motifs géométriques et floraux tapissent le sol.

 

(Lire aussi: Ces Durighello fous de Sidon !)

 

Les mosaïques d’Anane
Plus haut, à 600 mètres d’altitude, le village d’Anane a dévoilé les ruines d’un ermitage, les structures des pressoirs à huile et à vin et les traces d’une église. Cette dernière aurait été bâtie au VIe siècle par les deux moines Demianos et Lixianos, et ses façades nord et sud comportaient cinq à six colonnes. Ses mosaïques à motifs géométriques et floraux ont été découvertes en 1995, à l’époque où la zone était sous occupation israélienne. Pour les préserver, elles ont été démontées et transportées dans la cathédrale grecque-catholique de Saint-Nicolas à Saïda. Celle de la nef centrale comporte une inscription de cinq lettres disposées en croix, dont « la combinaison donne les deux termes de la définition johannique du christianisme, Lumière et Vie », explique Élie Abi Nassif, qui estime la largeur de l’église à environ 12,5 m. La longueur du bâtiment demeure inconnue.
Quant à l’ermitage, utilisé actuellement comme chapelle votive dédiée au prophète Élie, il se présente comme un couloir en forme de « L » aux murs revêtus de pierres grossièrement taillées. Certaines d’entre elles, plus grandes et bien taillées, semblent avoir appartenu à un édifice plus ancien. Une citerne de récupération d’eaux pluviales aux parois chaulées lui est accolée.

 

Lire la suite sur l’Orient le jour

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s