Cardinal Jean-Louis Tauran : « Ces violences constituent des crimes qu’aucune religion ne peut légitimer »

Cardinal Tauran

Président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, le cardinal Jean-Louis Tauran réagit aux prises de position, ces dernières semaines, concernant les crimes de l’organisation État islamique en Irak et en Syrie. S’il dit comprendre les inquiétudes de certains chrétiens face à l’islam, il regrette néanmoins une forme d’ignorance réciproque et plaide pour un intense travail d’éducation à l’altérité. « Il n’y a pas d’alternative : soit nous choisissons le dialogue, soit c’est la guerre… Plus il y a de conflits, et plus il nous faut insister sur le dialogue. »

Comment analysez-vous les exactions commises par l’organisation État islamique en Irak et en Syrie ?  Ont-elles un lien avec l’islam ?

Cardinal Jean-Louis Tauran : Ces violences constituent des crimes qu’aucune religion ne peut légitimer. Les membres de ce soi-disant “État islamique” sont des dévoyés qui manipulent la religion. Aucune religion ne peut justifier d’enterrer vivantes une mère et son enfant ! Ce qui se passe actuellement en Irak est une humiliation pour les musulmans en général.

Le 12 août, vous aviez appelé les « responsables religieux, surtout musulmans » à condamner ces crimes sans ambiguïté, sous peine de faire perdre toute « crédibilité » au dialogue interreligieux. Après plusieurs rencontres à Rome, à Vienne, à Al-Azhar au Caire, ou encore en Iran, êtes-vous satisfait des réactions musulmanes ?

Indéniablement, des responsables musulmans ont pris la situation au sérieux et se sont prononcés d’une manière courageuse. Mais il faut continuer et ne pas donner l’impression qu’on s’exprime uniquement quand la communauté internationale s’agite : ces responsables doivent dénoncer ces violences à la mosquée, à l’école, dans leur quartier… Depuis un an, nous essayons de mettre sur pied une petite commission gouvernementale de dialogue entre chrétiens et musulmans en Irak : le travail a été interrompu par les événements de l’été, mais j’espère que nous y parviendrons.

Les musulmans qui se sont exprimés lors des rencontres auxquelles j’ai assisté sont d’accords pour dire que c’est toute une culture qui a rendu possible ces exactions : dès leur plus jeune âge, les petits garçons sont habitués à jouer avec des armes ; et à l’école, dans leurs manuels d’histoire ou de géographie, les enfants apprennent que les chrétiens sont des « mécréants ». Seule l’éducation pourra changer les choses : l’éducation religieuse, mais aussi l’éducation en général dans les familles…

Que penser du discours de certains musulmans qui affirment que ces violences n’ont « rien à voir avec l’islam » ?

Sans doute la majorité des musulmans ne se reconnaît-elle pas dans cette violence. Il faut toujours se souvenir que l’islam n’est pas une réalité unique, mais multiple, marquée notamment par la séparation entre sunnites et chiites : il y a donc plusieurs manières de vivre l’islam. Les djihadistes sont d’abord des criminels qui manipulent la religion. Mais ces groupes qui invoquent l’islam pour commettre leurs exactions montrent qu’il y a un défaut dans la formation intellectuelle et religieuse de certains fidèles

Suite de l’article : cliquer ici.

Article d’Anne-Bénédicte Hoffner © Source : La Croix. 5 janvier 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s