Urgent de reconnaître l’État de Palestine : édito de Jean-Claude Petit

France : Urgent de reconnaître l’État de Palestine par Jean-Claude Petit

Jean-Claude-Petit-96x110Point de vue. Urgent de reconnaître l’État de Palestine par Jean-Claude Petit. Président du Réseau Chrétiens de la Méditerranée.

Brisant le silence coupable, et persistant, de notre continent sur le conflit israélo-palestinien, la nouvelle responsable de la politique étrangère de l’Union européenne Federica Mogherini, a proclamé, haut et fort, que l’heure était venue, pour l’Europe, de reconnaître officiellement l’État de Palestine. Pas sûr qu’elle soit vraiment entendue, mais ce démarrage en fanfare ne peut pas laisser totalement indifférent nos responsables politiques, et encore moins les parlementaires européens. Car il y a urgence.

Il y a urgence parce que, d’échec en échec des négociations de paix, les deux peuples d’Israël et de Palestine sont exténués par un conflit interminable. Les premiers ont peur pour leur sécurité et voient grandir, dans leur propre pays, une extrême droite religieuse de plus en plus radicale, à Jérusalem notamment. Les seconds n’en peuvent plus de l’humiliation dans laquelle les maintiennent une occupation et une colonisation grandissantes.

La nouvelle guerre dans la bande de Gaza est venue, cet été, ajouter encore un peu plus de désespoir à une population qui risque, demain, de ne plus croire qu’en la violence terroriste. La seule façon de se sortir de cette tragique impasse ne serait-elle pas que l’Onu fasse, par un vote de son Assemblée générale, un pas de plus vers la reconnaissance de l’État de Palestine après lui avoir accordé, il y a deux ans, le statut d’observateur ? Telle est la proposition de Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, faite à tous les États membres des Nations Unies.

L’urgence d’une telle décision est légitimée, et en quelque sorte consacrée, par les soutiens, forts et variés, dont bénéficie le président Abbas. Les plus spectaculaires sont évidemment ceux d’Israéliens, et pas des moindres.

Abraham Burg, président de la Knesset de 1999 à 2003, n’écrit-il pas dans Le Monde du 11 novembre 2014 : « Le choix d’Abbas est le seul qui permettra d’aboutir à la paix et de garantir aux Israéliens comme aux Palestiniens leur liberté, leur sécurité et leur dignité. » Et Burg de « conjurer François Hollande, le gouvernement et le peuple français de soutenir l’initiative d’Abbas et de promouvoir la reconnaissance internationale d’un État palestinien, afin de pouvoir commencer des négociations justes. »

« Des soutiens forts venus d’Israël »

À cette démarche s’ajoute, dans le même sens, celle de sept cents Israéliens, dont Elie Barnavi, ex-ambassadeur d’Israël en France, qui, dans une pétition, apportent leur soutien à une résolution parlementaire défendue par Elisabeth Guigou, présidente de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

Citons enfin l’Appel solennel à l’Europe de dirigeants chrétiens et de responsables d’Églises palestiniens, dont le Patriarche Michel Sabbah, qui écrivait fin octobre : « Nous croyons que la reconnaissance de l’État de Palestine dans les frontières de 1967 est la première étape pour changer le statu quo existant. »

Reconnaître l’État de Palestine n’est plus une hypothèse. Il s’agit d’un devoir politique. Et moral.

Source : chretiensdelamediterranee.com : cliquer ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s