Qu’est-ce que prier pour la paix ?

salaam_shalomREFLEXION – Le Père David, responsable des Catholiques hébréophones en Israël, a été invité à participer à une soirée de prière interreligieuse pour la paix, au Museum of the Seam à Jérusalem. La soirée, qui a eu lieu le 29 octobre 2014, comportait notamment des prières et des réflexions d’intervenants juifs. Voici le texte de l’intervention du Père David.

Juifs, Chrétiens, Musulmans, nous sommes réunis ici afin de prier pour la paix. Nous élevons ensemble nos voix vers Dieu notre Créateur, et dans les mots qui reflètent nos traditions à la fois différentes et liées entre elles, nous demandons à Dieu de nous bénir par sa paix.

Que faisons-nous au juste lorsque nous prions pour la paix ? Disons d’abord clairement ce que nous ne faisons pas. Nous ne sommes pas en train d’informer Dieu du triste état dans lequel se trouve le monde. Dieu en sait bien plus là-dessus que nous-mêmes. Nous ne disons pas non plus à Dieu ce qu’il devrait faire. Nous pouvons être sûr que Dieu le sait mieux que nous.

La prière est d’abord et avant tout un temps de transformation personnelle. Lorsque je prie pour la paix, je demande de devenir un instrument de cette paix, un artisan de paix. Je demande cette grâce, je me rends compte à quel point la violence, la guerre et le terrorisme sont déjà présents à l’intérieur de moi. Je prends conscience de la façon dont mon être, mes paroles et mes actes ne correspondent pas à ce pour quoi je prie.

Je demande de pouvoir avoir le courage de mes convictions. Je demande que mes pensées, mes paroles et mes actes – ce que je fais aussi bien que ce que j’échoue à faire – correspondent à la prière que je formule. Je demande d’être empli du souffle même de Dieu, l’Esprit de paix, et de servir comme apôtre de cet Esprit, amenant la paix partout où je vais.

Cependant la prière est aussi un acte communautaire. Lorsque nous prions pour la paix dans nos communautés, nous devons de même prendre conscience de la façon dont nos communautés concourent à éloigner la paix, et nous devons demander pardon. Nous devons venir à la prière avec humilité, dans une attitude de repentance pour la responsabilité que nous portons, en tant que communauté, de l’état pitoyable où se trouve ce monde.

Nous demandons que le moment de la prière soit un moment prophétique, lors duquel nous puissions voir, au-delà des murs que nous avons construits, des alternatives, des possibilités, les nouveaux horizons qui se trouvent de l’autre côté des murs. Nous demandons que se répande l’esprit, et qu’il rend nos communautés capables de construire des ponts plutôt que des murs.

Enfin, lorsque nous prions ensemble, Juifs, Chrétiens, Musulmans, nous nous tenons devant notre Créateur, note Seigneur, notre roi céleste. Nous devons prendre conscience qu’aux yeux de Dieu, nous sommes tous ses enfants bien-aimés. Aux yeux de Dieu, nous devons nous appeler frères et sœurs les uns les autres, à moins de trahir celui qui nous a créés, et qui nous a insufflé le souffle de vie.

 

Source: Vicariat Saint Jacques pour les catholiques de langue hébraïque en Israël

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s