Intervention du Patriarche Twal au Synode sur la famille

Le Patriarche Twal au Synode sur la famille: «inventer» ou «redécouvrir» de nouvelles pistes pour la pastorale

SB.F.Twal-synodeLe site du Patriarcat latin de Jérusalem reproduit l’intervention de S.B. Fouad Twal lors du Synode sur la famille qui se tient en ce moment à Rome.

« CITE DU VATICAN – Mercredi 8 octobre, le Patriarche Fouad Twal est intervenu pendant le Synode sur la famille qui a lieu actuellement à Rome. Il a évoqué les principaux défis des familles de la Terre Sainte et apporté de nombreuses propositions pour mettre en oeuvre une pastorale renouvelée pour que les familles puissent être fidèles à leur vocation. Ci-joint la traduction en français du texte intégral de son intervention.

Saint Père et chers frères,

Si nous voulons trouver l’origine de la situation dramatique de la famille, il ne faut pas oublierqu’un changement radical de la culture a lieu en Occident comme en Orient, même s’il y est moindre: la sécularisation radicale, l’absolutisme de la liberté individuelle, l’autonomie de la personne (même si Dieu existe, Il n’a pas à se mêler de ma vie); il s’est établi une séparation claire entre la foi et la vie.

Parmi les défis auxquels nous sommes confrontés au Patriarcat latin de Jérusalem – qui comprend Chypre, Israël, la Palestine et la Jordanie – nous comptons:

1. La situation politique. Le mur de séparation, long de 730 km, qui existe depuis 2003, est un facteur important de séparation des familles, des paroisses, des prêtres, et ruine l’atmosphère de la famille et du bon voisinage. L’occupation militaire et la culture de la violence et de la mort laissent une plaie et une marque indélébile dans l’esprit des jeunes et les empêche de «rêver» et donc de former une famille saine et sereine.

2. La situation économique. Les hommes de la région émigrent souvent, laissant femmes, enfants et parents âgés à la maison. Chez les immigrants asiatiques en revanche, ce sont les femmes qui viennent chez nous pour trouver du travail, laissant maris et enfants à la maison.

3. La loi israélienne (La l-Loi sur la Citoyenneté et l’entrée en Israël), qui a été ratifiée par le Parlement le 31 Juillet 2003, empêche la réunification des familles palestiniennes : Lorsqu’un Palestinien de Jérusalem épouse quelqu’un de l’extérieur de la ville, il ou elle doit quitter la ville et ne peut plus vivre avec son mari (ou sa femme) à Jérusalem. C’est une politique claire pour vider la ville sainte des Arabes. Malgré de nombreuses interventions aux plus hauts niveaux, nous n’avons pas encore réussi à faire abroger cette loi. […] »

La suite de l’intervention du Patriarche sur le site du Patriarcat latin de Jérusalem.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s