Appel des patriarches orientaux aux autorités civiles religieuses musulmanes

p04-3_736877_large
Droits : L’Orient le Jour

Assez de paroles, des actes ! C’est, en résumé, l’appel lancé hier par les patriarches orientaux catholiques et orthodoxes au monde entier, à partir du siège patriarcal maronite de Dimane (Liban-Nord).

 

Des états généraux ecclésiastiques se sont tenus hier au siège patriarcal maronite de Dimane, en présence des patriarches orientaux catholiques et orthodoxes et du nonce apostolique, Gabriele Caccia, œil averti du Vatican. La réunion s’est tenue aussi sur la triste nouvelle d’une nouvelle avancée des jihadistes de l’État islamique dans la plaine de Ninive, en Irak, comme si les frontières du nouveau Moyen-Orient devaient être tracées avec le sang des chrétiens. Retenu en Irak, le patriarche des chaldéens, Louis Raphaël Sako, s’est fait représenter à cette réunion. Également absents, les assyriens et les coptes.
Ce nouvel appel s’est distingué des précédents par son caractère plus exhaustif. Les patriarches s’y disent « épouvantés » par des développements « sans précédent » auxquels ils assistent, et « les développements désastreux à caractère confessionnel et religieux rarement égalés dans l’histoire »; il adjure les Arabes et les musulmans à adopter une attitude plus claire à l’égard de ce qui se passe dans la plaine de Ninive, les exhortant à publier des fatwas et des lois sanctionnant la discrimination religieuse à l’égard des minorités.
Le texte esquisse aussi une demande d’intervention des Nations unies, sans oser aller au bout de sa requête pour réclamer un déploiement de forces internationales. Mais ce déploiement est suggéré, puisque les patriarches demandent au Conseil de sécurité d’adopter une résolution claire ordonnant la restitution des maisons et des biens spoliés « par tous les moyens possibles ».
De même, les patriarches en ont appelé à l’Organisation de la conférence islamique, à la Ligue arabe et au Tribunal pénal international, jugeant que cette dernière instance est habilitée à juger d’actes de barbarie qui sont de véritables « crimes contre l’humanité », qu’ils aient été commis à Mossoul où à Gaza.

Un phénomène durable
Dans la partie analytique du texte, les prélats réunis disent s’attendre à ce que le phénomène de l’extrémisme religieux soit durable, et affirment que « chrétiens et musulmans ont le devoir d’y faire face ensemble pour transmettre aux générations futures un Moyen-Orient libéré d’un tel fléau, en éclairant les consciences et les intelligences et en invitant les fidèles à respecter l’essence de la religion, loin de toute exploitation qu’on peut en faire pour des raisons personnelles, ou pour atteindre un objectif régional ou international ».
Cette dernière remarque a ensuite été abordée de front par le communiqué. « Si des parties dissimulées encouragent cet extrémisme et en financent l’effet destructeur et corrupteur, il est indispensable qu’elles soient dénoncées et qu’elles aient à en rendre compte devant l’opinion internationale et les autorités morales agissantes », dit le communiqué.
« Et pour ce faire, ajoute le texte, Arabes et musulmans n’ont d’autre choix que de retrouver l’esprit d’unité, de découvrir les avantages de la diversité qui est la marque distinctive de notre Machrek et de s’accepter réciproquement dans leurs modes de vie différents, dans le respect mutuel et dans l’égalité civique, dans tous les pays où ils se trouvent. »
Et de préciser : « Nous adjurons les instances islamiques, sunnites et chiites, de promulguer des décrets religieux clairs jetant l’interdit sur l’agression contre les chrétiens et tous les autres innocents. Nous demandons en outre à tous les Parlements du monde arabe et islamique de voter des lois favorisant l’ouverture, rejetant clairement toute forme d’exclusion religieuse de l’autre (takfir) et responsabilisant toutes les personnes qui enfreindraient ces lois. »
Même la loi du nombre a été dénoncée par les patriarches. « Nous adjurons les États de cesser d’aborder la diversité culturelle sous un angle minoritaire, comme si seul le nombre donnait valeur à la présence humaine, abstraction faite de la contribution humaine de chaque personne selon les dons que le Créateur lui a accordés »

Lire la suite sur L’Orient le Jour

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s