Le tombeau vide du Ressuscité, pour reprendre courage sur le chemin oecuménique

Le pape François et le Patriarche oecuménique Bartholomée Ier, priant ensemble dans la basilique du Saint-Sépulcre.(Photo: Amos Ben Gershom/GPO/Flash90)

Les apôtres Pierre et André se rencontrent à nouveau dans les personnes de leurs successeurs François et Bartholomée. Et ils le font avec l’émerveillement et la joie que seules les grandes âmes peuvent posséder. Ils se rencontrent à nouveau, comme il y a 50 ans – lorsque Paul VI et Athénagoras se sont embrassés sur le Mont des Oliviers – sur le site le plus significatif de toute la chrétienté : le Saint-Sépulcre. Ou, comme aiment à dire les chrétiens d’Orient : la basilique de la Résurrection (Anastasis). Parce que c’est ici que la mort à été anéantie et que la lumière du Christ a vaincu les ténèbres du mal.

François et Bartholomée sont arrivés par des chemins différents, mais convergents aux deux portes qui permettent d’accéder à l’entrée de la basilique du Saint-Sépulcre. Un symbole dans le symbole : divisés pendant des siècles, ennemis, dans une haine réciproque, l’évêque de Rome et le patriarche de Constantinoplevoi semblent à nouveau indiquer, tout comme leurs prédécesseurs, la voie obligatoire de la communion des Églises. Ils se sont fraternellement pris dans les bras, puis ont descendu bras-dessus-bras-dessous les marches glissantes qui mènent à l’entrée principale de l’Anastasis…

Article complet de Giuseppe Caffulli de terrasanta.net : cliquer ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s