Tribune Mai 2014 : La bonne nouvelle a retenti à Jérusalem

« Ne vous épouvantez pas; vous cherchez Jésus de Nazareth, qui a été crucifié; il est ressuscité, il n’est point ici; voici le lieu où on l’avait mis. Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu’il vous précède en Galilée: c’est là que vous le verrez, comme il vous l’a dit. » (Marc 16 : 6-7)

ResurrectionR

La bonne nouvelle a retenti à Jérusalem : Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité ! La fin du Carême, la Semaine Sainte et les célébrations pascales sont un temps où la Jérusalem chrétienne s’éveille et se déploie. Rien ne fait plus mentir les prévisions les plus sombres que le dynamisme et l’élan de foi qui parcourt les fidèles en cette période.

La procession des Rameaux des catholiques latins a fait de nouveau son entrée dans la Vieille Ville, après être descendue du Mont des oliviers. La veillée du Jeudi Saint à Gethsémani a rassemblé une foule fervente dans la Basilique des nations. Les dominicains français du couvent Saint-Etienne ont encore une fois entendu le son du Shofar, annonçant le Grand Shabbat, provenant des quartiers juifs voisins. Lors d’une magnifique cérémonie au Saint-Sépulcre, le Christ, représenté par un mannequin, a été descendu d’une croix. Puis la nuit est tombée, et à l’aube, le cantique A toi la Gloire s’est élevé du Jardin de la Tombe.

Cette année, la joie renouvelée de la Résurrection était partagée, par toutes les confessions chrétiennes de Terre Sainte. Grecs-orthodoxes, melkites, « latins » catholiques, anglicans et évangéliques : tous ont pu être, en ces jours de fête, un seul cœur et une seule âme.

Pâques à Jérusalem est un rayon d’espérance chrétienne, alors que les difficultés et les injustices continuent de peser sur la vie des habitants de Terre Sainte.

De nombreux chrétiens palestiniens, résidant dans les Territoires occupés, de l’autre côté de la « barrière de sécurité » israélienne, n’ont pas pu se rendre à Jérusalem. Cette situation a fait l’objet d’une action de l’Aide à l’Eglise en détresse, au cours de ce Carême.

La récente réconciliation entre le Hamas et le Fatah palestiniens, mettant fin à la guerre civile qui durait depuis 2007, et qui avait provoqué une scission entre Gaza et la Cisjordanie, fait théoriquement disparaître un front, mais en ouvre peut-être un autre. En effet, l’Etat d’Israël venant de rompre les négociations de paix avec les Palestiniens, pour protester contre le retour dans le rang d’un mouvement islamiste qui prône toujours la lutte armée contre lui. Le marasme des discussions diplomatiques laisse place à l’incertitude.

Quant à l’unité des chrétiens, rendue visible par la célébration pascale commune, est loin de se matérialiser dans les esprits, et dans les actes. Tragiques dissensions, émanant de communautés déjà réduites, qui nuit au témoignage, et à la solidité de l’Eglise du Christ, menacée de déclassement sur le sol où elle s’est constituée.  

Il faut plus que jamais que nous autres, chrétiens d’Occident, soyons attentifs à la Terre Sainte. Sans ingérence agressive et suicidaire, qui mettrait en péril nos frères, en les dissociant de leur culture et de leurs nations. Mais avec respect, fidélité et solidarité.

Cette attitude passe nécessairement par un retour aux sources, spirituel, et, pour ceux qui en ont la possibilité, géographique : à la fin de ce mois-ci, le Pape François se rendra en Israël et en Palestine. Et cet été, près de 2 000 jeunes des diocèses de France partiront en pèlerinage en Terre Sainte. Ils mettront en pratique la parole de l’Ange de la Résurrection : aller en Galilée, là où le Christ nous précède. 

Pierre,

Pour l’équipe de la Tribune de Terre Sainte

 

Nous vous donnons rendez-vous :

Sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/TribunedeTerreSainte?ref=hl

Sur notre compte Twitter : https://twitter.com/LaTribune_de_TS

Sur notre chaîne Youtube : https://www.youtube.com/user/tribunedeTS

Contact : la_tribune_de_terre_sainte@outlook.com