Jérusalem, Antioche, Rome Jalons pour une théologie de l’Eglise de la Circoncision

« Il est bon de poser des questions là où les autres n’en voient pas. L’histoire des origines chrétiennes est restée longtemps le
domaine reservé de la théologie de l’histoire et elle a fait souvent l’objet d’une approche apologétique. Toute l’histoire est une construction problématique de ce qui ne l’est plus, mais qui a laissé des traces. Différentes approches convergentes son
donc requises si on vise tant soit peu l’objectivité. C’est a partir du Nouveau Testament considéré comme source historique, à partir du judaïsme pluraliste du premier siècle et à partir de la patristique que des faisceaux convergents sont projetés sur les origines chrétiennes depuis les débuts à Jérusalem jusqu’à son arrivée à Rome en passant par Antioche.

Il ne s’agit pas de reprendre l’hypothèse de Hegel qui voulait qu’au judéo-christianisme primitif de Pierre se soit opposé le
pagano-christianisme de Paul. Au terme de l’affrontement l’Eglise de Rome aurait fait une synthèse. Plus modestement il s’agit ici d’une analyse patiente de textes qui aboutira peut-être un jour à une synthèse plus complète.

Frédéric Manns (1942) est un bibliste français. Père franciscain, professeur d’exégèse néotestamentaire depuis 1984 et de littérature juive ancienne, il a dirigé le Studium Biblicum Franciscanum de Jérusalem de 1996 à 2001 et il est directeur émérite depuis 2002. Il est un spécialiste du rapport entre judaïsme et christianisme aux premiers siècles et de ses implications exégétiques, qu’il a particulièrement étudiées dans le cas de l’Evangile selon Jean. « 

Frédéric Manns
«Jérusalem, Antioche, Rome. Jalons pour une théologie de l’Eglise de la Circoncision»
Edizioni Terra Santa, Milano 2009
pages 441 – format 17×24 cm – 38,50 €

logo-terrasanta

Via Edition Terre Sainte

Publicités